in

D’où les séismes de la planète Mars proviennent-ils ?

Une des failles de Cerberus Fossae / Crédits : Aynur_zakirov / pixabay - NASA/JPL-Caltech/Univ. of Arizona

Mars est périodiquement parcourue de séismes, à l’instar de notre planète bleue. Dernièrement, une série de 47 activités sismiques pourrait indiquer une activité magmatique interne bien plus violente que ce à quoi les scientifiques pouvaient s’attendre.

On le voit à sa surface très abîmée : Mars subit de violentes secousses sismiques qui modifient constamment son relief, creusant un cheminement de vastes canyons étendus sur des milliers de kilomètres. Les données recueillies par la sonde InSight situent le départ des secousses récemment enregistrées dans la région de Cerberus Fossae.

Des interférences sonores brouillent les relevés

Il est difficile d’identifier les sons ténus que produisent les évènements sismiques sur cette planète. Leurs magnitudes sont en effet faibles et le bruit environnant perturbe les détections. C’est pourquoi une équipe scientifique sino-australienne a conçu de nouvelles méthodes d’analyse qui ont permis de relever 47 évènements sismiques autour de Cerberus Fossae, territoire sillonné de failles mesurant plus de 1200 kilomètres de long.

Au vu du nombre de secousses enregistrées depuis l’installation de détecteurs sismiques, Mars aurait une activité magmatique bien plus dynamique que prévu au sein de son manteau supérieur. Reste à déterminer leur ascendance.

Mars séismes failles
Les fissures sur Mars de la région Cerberus Fossae prises par la caméra HiRISE de la sonde orbitale Mars Reconnaissance Orbiter. Les canyons qui séparent la croûte martienne s’étalent sur plus de 1200 kilomètres. Crédits : Wikimedia / Jim Secosky / Image modifiée par WolfmanSF – NASA / JPL / Université de l’Arizona (États-Unis)

D’où proviennent ces séismes ?

Les savants recherchent les causes de ces perturbations. De nombreuses hypothèses ont vu le jour. Cependant, trois prédominent.

Tout d’abord, les chercheurs ont envisagé les effets de marées engendrés par les lunes de la planète rouge, Phobos et Deimos. Leur force de gravité attirerait plus fortement le côté de la planète le plus proche d’elles que celui le plus éloigné. Cela impliquerait un étirement de Mars dans le sens de la force de gravitation et une compression perpendiculaire à cette force. Le déplacement du magma sous l’écorce martienne serait perpétuellement influencé par ces forces de marées. C’est ce qui arrive sur Terre lors des phénomènes de marées deux fois par jour, causés par les attractions gravitationnelles de la Lune et du Soleil. Seulement, les observations sismiques de Mars n’iraient pas en ce sens.

Ensuite, la relation de mouvement de plaques tectoniques a été suggérée. Toutefois, la distance à laquelle se trouvent les épicentres rejette cette hypothèse. Qui plus est, Mars ne comporte qu’une seule plaque et n’a donc aucune collision entre des éléments mobiles sous sa coquille.

Enfin, les séismes martiens pourraient provenir de l’intérieur même de la plaque lithosphérique (ou plaque tectonique). C’est la conjecture la plus plausible selon les scientifiques. Les tremblements intraplaques sont rares sur Terre. Ces derniers naissent généralement des collisions entre les plaques du manteau terrestre.

Mars fissures failles 4
Crédits : ESA / DLR / FU Berlin

L’élément de comparaison reste donc les séismes provoqués sur Terre. En temps normal, l’interaction des plaques tectoniques pousse le magma jusqu’à jaillir sous forme d’éruption volcanique. Pourtant, sur la planète rouge, aucune éruption n’a été enregistrée. Il se pourrait donc que la croûte martienne soit trop épaisse pour le permettre.

Notre planète voisine fait depuis plusieurs années l’objet de nombreuses explorations, notamment avec le rover Perseverance qui poursuit son travail de longue haleine pour déterminer si la vie a pu autrefois s’y développer, en se dirigeant vers le delta du cratère Jezero.