in

Des organismes vieux de 830 millions d’années dans des cristaux de sel

Crédits : Sara Schreder-Gomes

Une équipe de chercheurs annonce avoir isolé d’anciens micro-organismes piégés depuis 830 millions d’années dans des cristaux de sel en Australie grâce à des moyens non invasifs. Sont-ils morts depuis tout ce temps ou simplement en dormance ? Les chercheurs s’interrogent.

Une découverte exceptionnelle

Il y a plus de 800 millions d’années, de petits organismes unicellulaires se sont retrouvés enfermés dans de minuscules poches de liquide plus petites que la largeur d’un cheveu humain coincées elles-mêmes dans de l’halite (ou sel). À l’époque, cette vie microscopique évoluait au niveau de l’actuelle Australie centrale dans un environnement aqueux peu profond et salé. Des chercheurs de l’Université de Virginie-Occidentale ont fait cette incroyable découverte en examinant les cristaux de sel à l’aide de la microscopie optique, ce qui signifie que ces organismes anciens n’ont pas perturbé les poches de liquide.

Pour ces travaux, les chercheurs ont prélevé des échantillons d’halite à 1 481 et 1 520 mètres sous la surface de la formation australienne de Browne. Après avoir coupé cette halite en tranches d’un millimètre d’épaisseur, ils ont réalisé un examen microscopique en utilisant à la fois la lumière visible et ultraviolette, grossissant jusqu’à deux mille fois le contenu des poches de liquide à l’intérieur et se concentrant sur les cristaux primaires qui se sont formés il y a 830 millions d’années.

À l’intérieur, les chercheurs ont alors découvert des eucaryotes (algues et champignons avec des noyaux cellulaires distincts) et des procaryotes (bactéries et archées sans noyaux). Ces espèces (qui n’ont pas été identifiées) mesurent d’un demi-micron à cinq microns de diamètre. À titre de comparaison, un cheveu humain mesure environ soixante-dix microns de large.

organismes sel
Des micro-organismes vieux de 830 millions d’années conservés dans d’anciens cristaux de sel d’Australie. Crédits : Sara Schreder-Gomes

Une seconde vie possible ?

Des micro-organismes anciens ont déjà été trouvés dans des cristaux de sel, les plus anciens remontant à la période permienne (environ 250 millions d’années). En revanche, la plupart de ces études ont été destructrices. Les chercheurs ont en effet extrait les fluides enfermés à l’intérieur des cristaux soit avec une seringue, soit en broyant ou dissolvant les cristaux pour analyser leur contenu. Ici, la méthode non invasive utilisée par l’équipe signifie que la matière et ce qu’elle contient n’ont pas été perturbés.

Nous savons par ailleurs que les micro-organismes qui aiment le sel sont capables de se mettre en sommeil ou de modifier leur métabolisme pour rester en vie pendant de longues périodes. En 2000, des scientifiques avaient d’ailleurs affirmé avoir ressuscité des bactéries vieilles de 250 millions d’années, bien qu’ils n’aient pas pu prouver de manière définitive qu’il ne s’agissait pas de contaminants modernes. D’autres micro-organismes très anciens ont par ailleurs été ressuscités avec plus de certitude en 2020, notamment des bactéries vieilles de 101,5 millions d’années provenant des sédiments des fonds marins.

Les chercheurs n’ont à ce stade toujours pas percé les cristaux pour savoir si ces micro-organismes australiens pourraient avoir une chance de vivre à nouveau. Leur statut est donc pour le moment inconnu.

Ces travaux pourraient également être utilisés pour la recherche extraterrestre. Les roches de la formation de Browne se sont en effet formées dans un environnement comparable à l’environnement qui existait probablement sur l’ancienne Mars. Les méthodes utilisées ici pour étudier les organismes pourraient donc également être utilisées pour rechercher des micro-organismes disparus depuis longtemps de la planète rouge.