in

Connaissez-vous les organes dont le corps humain pourrait se passer ?

Crédits : Flickr / Beth Scupham

Malgré une certaine fragilité en général, le corps humain est une véritable machine très sophistiquée. Ce dernier peut perdre certains gros organes et fonctionner malgré tout !

Après un don du sang d’un demi-litre, notre organisme remplace très rapidement les globules rouges manquants, signe que le corps humain est incroyable. Citons également certaines personnes qui peuvent vivre une vie assez normale avec seulement la moitié du cerveau, comme l’indique un article du site Scientific American.

Vivre sans estomac, le concevez-vous ? Cet organe capable de digestion mécanique en se contractant et de décomposition de la nourriture en libérant une sorte d’acide peut être retiré dans des cas extrêmes (cancer ou blessure). Or dans ce cas, les chirurgiens n’ont d’autre choix que d’attacher l’œsophage à l’intestin grêle et le patient peut retrouver une alimentation normale, néanmoins accompagnée de vitamines en supplément.

Le gros intestin, ce tube de près de deux mètres de long, a pour but de réabsorber l’eau et compacter les matières fécales. Suite à un cancer ou une autre maladie, le colon peut être retiré en partie ou dans sa totalité. Les patients se remettent généralement bien d’une telle opération, bien qu’un changement dans leur transit intestinal intervient. Un certain régime doit cependant être respecté dans un premier temps pour faciliter le processus de guérison.

La rate est un organe jouant notamment un rôle dans l’immunité cellulaire. Cependant, sa proximité des côtes rend ce dernier vulnérable aux traumatismes abdominaux. Enveloppée dans une sorte de poche très fine, la rate peut subir une déchirure pouvant entraîner une hémorragie qui, non traitée à temps, peut être synonyme de décès. Cependant, vivre sans rate ne serait pas un problème puisque le foie supporterait à lui seul le recyclage des globules rouges et les tissus lymphoïdes – la fonction immunitaire.

Vivre sans vésicule biliaire est-il possible ? La bile est produite par le foie et a pour rôle de contribuer à la décomposition des graisses lors de la digestion. Lorsque la bile produite n’est pas utilisée, celle-ci est stockée dans la vésicule biliaire. En revanche, un excès de cholestérol dans la bile peut former des calculs biliaires, susceptibles de bloquer les petits tuyaux conducteurs de bile. Il est ainsi nécessaire de retirer la vésicule sans trop de risques.

L’appendice incarne une sorte de refuge pour les bonnes bactéries de l’intestin qui peuvent s’y repeupler en cas de besoin. Cependant, lorsque des contenus intestinaux y pénètrent, il est difficile d’en sortir en raison du fait qu’il s’agit d’un cul-de-sac. Il est donc urgent de stopper l’inflammation et retirer l’organe, là encore sans que le corps s’en trouve impacté.

Les reins ont pour mission de filtrer le sang afin de maintenir le corps dans un équilibre hydrique et électrolytique. Et pourtant il est possible de vivre avec un seul rein, et même sans. Une maladie héréditaire ou des dégâts engendrés par l’alcool ou les drogues peuvent rendre les reins défaillants. Ainsi, un rein (ou les deux) peut être retiré mais le patient doit être placé – dans le cas d’absence de rein – sous dialyse, afin d’évacuer régulièrement les déchets en dehors de son corps.

Citons d’autres organes (ou os) dont le corps peut se passer sous certaines conditions : le côlon, les organes reproducteurs, le coccyx, les tétons (chez les hommes), les dents de sagesse, le petit orteil, ou encore le muscle auriculaire dont la fonction est de… faire bouger nos oreilles !

Sources : SlateHitekTopito