in

Une opération du cerveau inédite menée sur une otarie

Crédits : Mystic Aquarium

Une équipe de neurochirurgiens de la Cummings School of Veterinary Medicine de l’Université Tufts annonce avoir effectué avec succès une opération du cerveau (hydrocéphalie), la première du genre, sur une otarie à fourrure du Nord. Ziggy, une femelle adulte, se rétablit actuellement dans le Mystic Aquarium aux États-Unis.

Ziggy fa été emmenée pour la première fois au Henry & Lois Foster Hospital for Small Animals en septembre dernier, suite à plusieurs épisodes neurologiques sévères. L’animal peinait en effet à se mouvoir correctement. Une IRM aura finalement révélé une accumulation de liquide céphalo-rachidien dans le cerveau de l’animal (hydrocéphalie). « L’IRM prise récemment par notre équipe a montré que le cerveau disparaissait en raison de l’excès de liquide », note la vétérinaire Ane Uriarte. Après discussion avec l’équipe vétérinaire du Mystic Aquarium, il a donc été décidé que la meilleure option pour sauver l’otarie était de drainer cet excès de liquide, ce qui aurait pour effet de soulager une partie de la pression exercée sur le cerveau. Une première pour un tel animal.

Bien que cette procédure chirurgicale ne puisse inverser les dommages causés au cerveau par cet excès de liquide, elle pouvait en revanche en cas de succès stopper la progression de l’état neurologique de Ziggy, améliorer sa qualité de vie, son niveau de réactivité et sa mobilité. L’équipe présente le 20 novembre dernier, jour de la chirurgie, comprenait des anesthésistes vétérinaires, des neurochirurgiens et des spécialistes en médecine zoologique du Cummings Veterinary Medical Center. Les entraîneurs de Ziggy étaient également présents, rassurant ainsi l’animal tout au long du transport vers la clinique et lors de sa récupération. Un anesthésiste spécialisé dans les mammifères marins était également présent. Le « réflexe de plongée » d’un mammifère marin peut souvent entraîner des modifications de la fréquence cardiaque, de la pression artérielle et de la respiration sous anesthésie, ce qui peut rendre cette dernière plus compliquée qu’avec un chien ou un chat.

La procédure chirurgicale, qui a duré un peu plus d’une heure, consistait à placer un cathéter shunt – un tube étroit – à travers le crâne et dans le cerveau. Le cathéter a ensuite été placé sous la peau à travers le cou et transmis à l’abdomen de Ziggy. Une valve contrôlait ensuite le flux de liquide céphalo-rachidien en excès du cerveau vers l’abdomen, où il fut ensuite absorbé par le corps. L’opération fut une réussite, et l’animal est à ce jour encore en train de récupérer. « La capacité à mener à bien cette procédure avec de nombreux facteurs inconnus est due en grande partie à l’expertise et aux compétences combinées de tous nos domaines de spécialité – de la neurochirurgie à l’anesthésie en passant par la médecine zoologique », note Ane Uriarte.

Source