OpenAI aurait-il peur de sa propre intelligence artificielle ?

Sam Altman

L’intelligence artificielle (IA) est un domaine en constante évolution, mais avec chaque avancée, surgissent des inquiétudes quant à ses implications. L’arrivée de ChatGPT-4 a été accueillie avec un mélange d’enthousiasme et d’appréhension, suscitant des débats sur le rôle de l’IA dans notre avenir. Alors que ChatGPT-4 ne représente qu’une étape intermédiaire, les préoccupations se cristallisent autour de l’avenir de l’IA, en particulier avec ChatGPT-5 et les itérations ultérieures.

ChatGPT-4 : Un avertissement de l’IA moderne

ChatGPT-4 a été un catalyseur de discussions sur les capacités croissantes de l’IA. Cependant, plutôt qu’une révolution complète, il est considéré comme un avertissement, un jalon vers ce que l’IA pourrait devenir. Il a ouvert la porte à des applications variées, mais les véritables avancées semblent être prévues pour ChatGPT-5 et les versions ultérieures, qui se rapprochent rapidement.

OpenAI, dirigée par Sam Altman, reconnaît les défis à venir. L’organisation a réagi en formant une équipe dédiée à surveiller, évaluer, prédire et protéger contre les menaces potentielles que pourrait engendrer l’IA. Parmi les préoccupations majeures figure le risque de « réplication autonome », c’est-à-dire que les IA pourraient s’auto-améliorer sans contrôle humain, entraînant des conséquences inattendues.

Le risque de « menace nucléaire »

L’une des inquiétudes centrales est le concept de « menace nucléaire » qui évoque un point de bascule théorique où l’IA deviendrait si avancée qu’elle dépasserait largement l’intelligence humaine. Elle pourrait prendre des décisions autonomes aux conséquences potentiellement graves. Sam Altman a exprimé sa préoccupation que « limiter le risque d’extinction posé par l’IA devrait être une priorité au niveau mondial ».

IA intelligence artificielle
Crédits : Phiwath Jittamas / iStock

Lutter contre les menaces potentielles

OpenAI s’efforce activement de développer des méthodes pour atténuer ces risques, notamment en cherchant à prévenir les menaces chimiques, biologiques et radiologiques que pourraient poser les futures IA. Le scénario où les IA apprendraient à se répliquer indépendamment des règles humaines est également au centre des préoccupations. De plus, il existe des inquiétudes quant à la capacité des IA hautement intelligentes à tromper les humains ou à lancer des cyberattaques massives.

Sam Altman a souligné l’importance de la responsabilité des gouvernements dans la gestion de l’IA. Il estime que l’IA devrait être traitée avec la même gravité que les armes nucléaires. Cette prise de conscience suggère que la régulation et la supervision de l’IA devraient être des priorités mondiales pour éviter des conséquences imprévues.

Une nouvelle équipe pour un avenir plus Sûr

OpenAI a formé une équipe dirigée par le directeur du Centre for Deployable Machine Learning, une division spéciale de l’IA au MIT. Cette équipe aura pour mission de mettre à jour les politiques de développement de l’IA en tenant compte des risques inhérents. OpenAI reconnaît que les modèles d’IA de pointe ont un potentiel énorme pour l’humanité, mais ils présentent également des risques grandissants.

Bien que la date de sortie de ChatGPT-5 n’ait pas été confirmée, la création de cette équipe est un signe que la sécurité et la prévoyance sont essentielles avant de franchir la prochaine étape dans l’évolution de l’IA.