Selon l’ONU, cet aliment représente une solution à la crise climatique, sanitaire et économique actuelle

haricots
Crédits : Alleko / iStock

Actuellement, le monde est en crise à différentes échelles. La question du climat peine à se régler et de nombreuses personnes ne mangent pas à leur faim et subissent l’inflation. C’est dans ce contexte que les Nations Unies (ONU) ont récemment lancé une campagne autour du haricot, une légumineuse qui pourrait en théorie régler bien des problèmes.

L’ONU veut doubler la consommation mondiale d’ici 2028

L’ONU a récemment lancé un plan d’action afin de promouvoir l’alimentation durable baptisé « Beans is how » (en français « les haricots, c’est comme ça« ). L’objectif n’est autre que de doubler la consommation mondiale de haricots d’ici 2028. Sur la page officielle du programme, l’ONU rappelle que le CO2 est à son niveau le plus élevé depuis deux millions d’années, que trois milliards de personnes souffrent de malnutrition et qu’un tiers de l’économie globale se contractera en 2023.

« Les problèmes auxquels nous sommes confrontés sont si importants qu’il est difficile d’imaginer qu’il existe une solution simple. Mais nous en avons une… une petite, mais puissante solution. C’est nutritif, délicieux, abordable et bénéfique pour les gens et la planète. » La campagne en question a donc pour but de « contribuer à préparer l’avenir avec des haricots ». Mais comment cette légumineuse peut-elle incarner cette solution miracle ?

haricots
Crédits : Amarita / iStock

Une légumineuse aux multiples avantages

Il faut savoir que le haricot est riche en nutriments, notamment en vitamines, minéraux, glucides et protéines. De plus, certaines variétés peuvent être conservées très longtemps, à savoir plusieurs années. Par ailleurs, cet aliment est aussi économique. Effectivement, les haricots secs coûtent un dollar les 500 grammes en moyenne. Sur le plan climatique, l’intérêt est aussi présent, car le haricot émet 90 % de gaz à effet de serre de moins que certaines protéines animales. Outre sa faible empreinte carbone, l’ONU souligne également sa résilience face aux aléas climatiques.

Pour rappel, il existe une vingtaine de variétés de haricots, dont le haricot rouge, le haricot noir, le haricot blanc, le flageolet ou encore le haricot marbré (coco rose). Le haricot blanc est cependant considéré comme étant le meilleur pour la santé, car il est dépourvu de graisses et sans cholestérol. Très fourni en protéines végétales, il affiche également une bonne teneur en fibres, en glucides, en calcium et en fer.

Enfin, il faut savoir que le programme Beans is how ne promotionne pas seulement le haricot. En effet, l’ONU vise également à soutenir la consommation de pois, de lentilles et autres légumineuses. À ce titre, la plateforme du programme propose des recettes variées et des conseils pour cultiver soi-même ses légumineuses.