in

Ils ont réussi à cartographier un microcircuit cérébral

Crédits : iStock

C’est une grande première mondiale – et médicale –  qui a eu lieu il y a quelques semaines au Royaume-Uni, puisque des chercheurs sont parvenus à visualiser et à cartographier un microcircuit cérébral chez la souris, et ce grâce à une toute nouvelle technique.

C’est au Francis Crick Institute, à Londres en Angleterre, qu’une équipe de chercheurs est parvenue à réaliser une grande première dans le domaine médical. En effet, dans les travaux qu’ils publient dans la revue Nature & Communications, ces chercheurs expliquent avoir pu observer et cartographier un microcircuit cérébral chez la souris. Comment ?

À l’origine, ce sont les techniques classiques de neuro-imagerie et de microscopie qui permettent d’observer le cerveau, mais celles-ci ne permettent pas une analyse complète. Pour cela, il faudrait ouvrir le crâne et user de techniques invasives ce qui est, bien entendu, infaisable pour observer un cerveau vivant et actif. Pour pouvoir observer ces microcircuits neuronaux chez la souris, les chercheurs ont pu utiliser une nouvelle technique de nano-imagerie appelée Nanoengineered Electroporation Microelectrodes (NEMs).

Il a ensuite fallu s’intéresser à zone particulière chez la souris. Ainsi, les chercheurs ont choisi d’observer le microcircuit cérébral du glomérule olfactif, la structure qui permet la perception olfactive chez ces rongeurs. Cette dernière est composée de 250 neurones. Pour procéder à cette cartographie, ils ont au préalable percé des micro-trous dans la boîte crânienne des rongeurs, à l’endroit où le glomérule était localisé. Ensuite, grâce à l’électricité et aux techniques de micro fluorescence, ils ont réussi à visualiser les 250 neurones qui occupent le glomérule.

Il reste un immense chemin à parcourir avant de parvenir à observer avec cette précision les milliards de connexions neuronales qui existent dans le cerveau humain, mais cela représente toutefois une avancée significative dans ce domaine.

Source