Dans les régions montagneuses, à plus de 3 000 mètres d’altitude, une couleur étrange apparaît parfois sur la neige. Souvent observée durant les mois d’été, la neige se pare d’une couleur rougeâtre que les observateurs de l’époque accordaient à un phénomène géologique. Il n’en est rien.

Cette neige mystérieuse avait rendu les explorateurs et naturalistes de l’époque perplexes, y compris l’ancien philosophe grec Aristote qui avait le premier mentionné ce phénomène dans ses écrits. On pensa d’abord qu’il s’agissait d’un dépôt minéral dans la neige provenant par exemple de phénomènes d’oxydations.

En mai 1818, quatre navires britanniques quittent la Grande-Bretagne pour découvrir le passage du Nord-Ouest. Le long des côtes arctiques de l’Amérique du Nord, l’expédition doit rebrousser chemin à cause du mauvais temps. Le capitaine John Ross aperçoit des traces rouges sur des falaises de glace dans la région du cap York au nord-ouest du Groenland. Il envoie une petite équipe sur place pour ramener des échantillons au pays. Au moment où les échantillons atteignirent l’Angleterre, la neige avait fondu, formant un liquide rouge foncé ressemblant à du vin de porto rouge.

Avec les moyens de l’époque, le liquide a subi de multiples tests approfondis sans pour autant percer le mystère. Il fut alors suggéré que la couleur serait un dérivé du sol sur lequel la neige tombait. Enfin, il a également été conclu à tort que la couleur rougeâtre était causée par des dépôts de météores. Lorsque John Ross publie l’historique de son voyage en 1818, ce dernier contient une annexe du botaniste Robert Brown qui attribue quand à lui la coloration à une algue. Il avait raison.

En effet, Chlamydomonas nivalis est une espèce d’algue verte qui appartient au groupe des « Algues des neiges ». En plus de la chlorophylle, elle contient un pigment rouge de type caroténoïde qui lui donne une couleur rougeâtre. Sa pigmentation la protège des rayons ultraviolets et absorbe de la chaleur ce qui crée une pellicule liquide autour d’elle à l’intérieur de la glace.

Contrairement à la plupart des espèces d’algues, les algues de neige se développent dans le froid. Durant l’hiver, lorsque la nouvelle neige les recouvre, les algues sont présentes sous forme de spores résistantes. Au printemps, l’accroissement de la lumière et l’apparition d’eau liquide stimulent leur germination.

Décidément, la nature nous étonnera toujours.

 

Source : Amusing planet

TEST