in

On sait maintenant pourquoi certains moustiques sont programmés pour nous piquer

Crédits : FotoshopTofs / Pixabay

Sur des milliers d’espèces de moustique, seule une centaine suce, à notre grand désarroi le sang des humains. La raison possible de ce comportement, à la fois exaspérant, et mortel, a été découverte chez un moustique kényan.

Des chercheurs se sont plus précisément penchés sur deux espèces : eedes aegypti, qui est responsable de la transmission de la dengue et de la fièvre jaune (il est présent dans toutes les zones tropicales du monde et prolifère particulièrement en milieu urbain) ainsi que son paisible cousin, aegypti formosus, qui n’attaque pas les humains et vit en forêt. Ces observations ont été confirmées en laboratoire. Les femelles aegypti s’attaquent aux humains, tandis que celles de formosus préfèrent les cochons d’Inde.

La différence s’explique par un gène. Responsable de l’odorat, il entraine, sous une certaine forme une réponse à une molécule, la sulcatone. Si beaucoup d’animaux en relâchent, nous en sommes des émetteurs énormes, avec plus de quatre fois la production que l’on trouve chez les chevaux, les vaches ou encore les poulets. Cette molécule était indétectable chez les cochons d’Inde. La variante du gène qui améliore la perception de cette odeur était présente chez aegypti, mais pas chez formosus, et explique la préférence du premier pour notre sang par le fait qu’il arrive à mieux nous sentir.

Il reste encore à savoir si le fait de nous attaquer en préférence est toujours lié au fait de bien pouvoir nous renifler. Quoi qu’il en soit ces recherchent ouvrent de nouvelles voies dans la lutte contre les moustiques qui sont un grave danger pour la santé publique dans de nombreux pays. Chaque année, ils sont responsables de la mort de plus de 600 000 personnes dans le monde.