in

On sait maintenant pourquoi la Grande Tache est rouge sur Jupiter

Crédits: NASA

L’origine de la couleur de la plus grande tempête du système solaire a été identifiée. La teinte rouge est liée à l’interaction entre les rayons du soleil, et les gaz qui remontent des couches profondes de l’atmosphère.

Cela fait plus de 400 ans que cette monstrueuse tempête fait rage sur Jupiter, la plus grande planète du système solaire. Les données collectées lors de son survol par la sonde Cassini en 2000 apportent des clés à la compréhension de la chimie de ce monstre. Pour trouver l’origine de sa couleur, Kevin Baines, Bob Carlson et Tom Momary, trois chercheurs du Jet propulsion laboratory de la NASA ont cherché à recréer la teinte rouge observée sur la tempête. Pour y parvenir, ils ont irradié des composés chimiques dont la présence dans l’atmosphère de la planète est connue. En bombardant un mélange d’acétylène et d’ammoniac, ils ont réussi à obtenir un composé aux propriétés compatibles avec les observations du VIMS, un spectromètre embarqué sur Cassini.

La Grande Tache est donc un véritable coup de soleil sur la planète. D’autres petites zones ont cette même teinte dont l’origine est enfin comprise. L’atmosphère de Jupiter est essentiellement composée d’hélium et d’hydrogène, deux gaz très légers. Les composés plus lourds sont confinés dans les couches plus basses de l’atmosphère. La Grande Tache est une tempête anticyclonique, caractérisée par une haute pression en son sein. Elle présente aussi la caractéristique d’avoir des nuages à une altitude très élevée, ou l’exposition à la lumière ultraviolette est plus importante. L’acétylène et l’ammoniac subissent alors les réactions à l’origine du composé de couleur rouge.

La grande tache rouge vue par Cassini en 2000. On distingue clairement les vents qui s'enroulent vers le centre de la tempête / NASA
La grande tache rouge vue par Cassini en 2000. On distingue clairement les vents qui s’enroulent vers le centre de la tempête / Crédits: NASA

La planète en elle-même est un vrai nuancier, allant du bleu à l’ocre. À certains endroits, les nuages sont plus fins, et donnent une vue des couches en dessous d’eux, donnant lieu aux motifs visibles depuis l’espace. La sonde Juno, lancée en 2011 devrait entrer en orbite autour de Jupiter en 2016, et nous en apprendra certainement plus sur l’atmosphère de la planète géante, livrant son lot d’images du système jovien.

Illustration : La Grande Tache rouge vue par Voyager 1 en 1979 / NASA