in

On mangeait de la moelle osseuse “en conserve” il y a 400 000 ans

La moelle à l'intérieur d'un os métapodial après six semaines de stockage. Crédits : Dr. Ruth Blasco / AFTAU

Une équipe de chercheurs annonce avoir découvert des preuves de stockage et de consommation tardive de moelle osseuse dans la grotte de Qesemn près de Tel-Aviv. C’était il y 400 000 ans.

Il y a environ 400 000 ans, à l’époque où l’on commençait à domestiquer le feu, certains humains ont également compris qu’ils pouvaient conserver de la nourriture pour plus tard. De la moelle osseuse, plus précisément, mise “de côté” pendant plusieurs semaines. C’est en effet ce que suggère la découverte exceptionnelle de restes d’animaux dans la grotte de Qesem près de Tel-Aviv, en Israël. Les détails de l’étude sont publiés dans la revue Science Advances.

« La moelle osseuse constitue une source importante de nutrition et a donc longtemps figuré dans le régime alimentaire préhistorique, explique Ran Barkai, de l’Université de Tel-Aviv et principal auteur de l’étude. Jusqu’à présent, des preuves indiquaient une consommation immédiate de moelle osseuse après l’obtention et le prélèvement de tissus mous. Dans notre document, nous présentons des preuves de stockage et d’une consommation tardive de cette moelle osseuse ». Une première.

À l’époque, les animaux les plus chassés étaient les cervidés – les chevreuils, daims et autres cerfs. Les chercheurs notent que les pattes étaient rapportées dans la grotte. Le reste de la carcasse, une fois débarrassé de sa chair et de sa graisse, était laissé sur place.

Les os comme “boîtes de conserve”

En analysant les ossements des membres retrouvés dans la grotte – en particulier les métapodes – les chercheurs ont relevé que certains présentaient des marques de coupe qui n’étaient pas caractéristiques des marques laissées par le dépeçage d’une peau fraîche. Selon eux, ces ossements ont été conservés dans la grotte, encore recouverts de peau. Ce qui permettait la conservation de la moelle contenue à l’intérieur.

En recréant le même processus en laboratoire, il est également ressorti que la technique permettait un faible taux de dégradation de la graisse médullaire pouvant aller jusqu’à neuf semaines. Autrement dit, nos ancêtres pouvaient se permettre de “mettre de côté” un peu de moelle pour la consommer si besoin pendant au moins deux mois.

« Les os étaient ici utilisés comme des “boîtes de conserve”. Préservant la moelle osseuse pendant une longue période, poursuit le chercheur. Au besoin, il suffisait alors de retirer la peau sèche, de briser l’os et de manger la moelle ».

ossements moelle
En imitant le même processus, les chercheurs ont découvert que la moelle pouvait se conserver pendant au moins 9 semaines. Crédits : Maite Arilla

Jusqu’à récemment, on pensait que ces Hommes du Paléolithique étaient des chasseurs-cueilleurs qui vivaient au jour le jour. Mais cette étude nous amène à penser qu’ils avaient, à l’époque, déjà compris qu’il était possible de préserver de la nourriture. Ce qui maximiserait leurs chances de survie.

Articles liés :

Une “mégalopole” préhistorique découverte près de Jérusalem

Les femmes préhistoriques avaient des bras incroyablement forts

Il y a 3 000 ans, des bébés buvaient déjà du lait animal dans des “biberons”