in

On n’avait jamais vu Io d’aussi près

Juno Io Jupiter
Io vu de Juno en mars 2023. Crédits : NASA/JPL-Caltech/SwRI/ASI/INAF/JIRAM

Il y a quelques jours, la sonde américaine Juno s’est approchée à moins de 36 000 kilomètres de la surface de Io, la lune volcanique de Jupiter. D’autres survols nous rapprocheront encore plus de cet objet au cours de ces prochains mois.

Lancée en 2011 au sommet d’une fusée Atlas V, la sonde Juno a pour mission d’étudier la composition, le champ magnétique et l’atmosphère de Jupiter. Les objectifs scientifiques visent à mieux comprendre son origine ainsi que son évolution. Cependant, la trajectoire de la sonde l’éloigne parfois de la planète afin de minimiser les dommages causés aux systèmes par le passage à travers les ceintures de radiation. Sur le chemin, il arrive alors parfois que Juno se rapproche de certaines lunes.

Récemment, la NASA s’était notamment approchée de Ganymède et d’Europe. Il y a quelques jours, Juno a par ailleurs fait un « petit coucou » à Io, ce qui nous a offert un rare aperçu de sa surface.

La lune volcanique de Jupiter

Si vous n’êtes pas familier avec Io, notez qu’il s’agit de la quatrième plus grande lune de Jupiter, avec un diamètre d’environ 3 630 kilomètres. Légèrement plus petite que notre Lune, Io est également connue pour sa surface colorée et chaotique, avec des régions couvertes de soufre, de dioxyde de soufre gelé et d’autres composés volatils. Nous devons cet incroyable environnement à son activité volcanique particulièrement intense. Certaines de ces éruptions sont d’ailleurs si importantes que des panaches de gaz et de particules peuvent s’élever à plusieurs centaines de kilomètres.

L’activité volcanique de cette lune jovienne est due à son interaction gravitationnelle avec l’immense Jupiter. Les forces de marée exercées par la géante gazeuse sur Io déforment en effet sa surface et génèrent une immense chaleur interne par friction. Cela conduit à la fusion de matériaux internes et donc aux éruptions observées en surface.

Cette rencontre du 15 mai, la plus proche à ce jour, a permis à Juno de s’approcher à environ 35 500 km de sa surface, de quoi collecter de nouvelles données précieuses.

« Io est le corps céleste le plus volcanique que nous connaissions dans notre système solaire« , précise Scott Bolton du Southwest Research Institute de San Antonio. « En l’observant au fil du temps sur plusieurs passages, nous pouvons observer comment les volcans varient – à quelle fréquence ils éclatent, à quel point ils sont brillants et chauds, ou si la forme de la coulée de lave change« .

Io Jupiter
Images composites visibles et infrarouges montrant l’activité volcanique sur Io. Crédits : NASA/JPL Caltech/SwRI/ASI/INAF/JIRAM

D’autres rencontres prévus en juillet et octobre nous rapprocheront encore un peu plus de la lune, avant les deux derniers survols prévus en décembre et février prochains au cours desquels Juno se rapprochera à moins de 1 500 kilomètres de la surface de Io. Les données et images collectées promettent alors d’être incroyables.

Brice Louvet, expert espace et sciences

Rédigé par Brice Louvet, expert espace et sciences

Brice est un journaliste passionné de sciences. Ses domaines favoris : l'espace et la paléontologie. Il collabore avec Sciencepost depuis près d'une décennie, partageant avec vous les nouvelles découvertes et les dossiers les plus intéressants.