in

On a réussi à lire dans les pensées d’une mouche

Crédits : Pixabay

Une technique d’imagerie a permis de lire dans les neurones de mouches pour retracer les comportements et pensées des insectes. En attendant de pouvoir décoder les pensées humaines.

Les mouches, puis les souris, et demain les Hommes ? Un nouvel outil permettant de lire dans les pensées d’une mouche vient d’être mis au point par des chercheurs américains. Grâce à une technique d’imagerie par fluorescence, les chercheurs ont été en mesure de suivre le cheminement d’un influx nerveux d’un neurone à un autre. De quoi retracer les comportements et pensées des insectes cobayes.

Pour se faire, Marco Gallio de l’université Northwestern (Evanston, États-Unis) et son équipe sont allés jeter un œil dans la cervelle d’une Drosophila melanogaster génétiquement modifiée pour que leurs synapses expriment des molécules fluorescentes de différentes couleurs. La technique, déjà bien huilée, a permis aux chercheurs de pouvoir « fixer » une pensée dans le temps pour l’étudier par la suite. Quand a sonné l’heure de l’autopsie, il ont ainsi pu lire et suivre ce qu’il s’est dit entre les différentes synapses.

Grâce à cette technique initiée il y a quelques années par Roger Tsien, prix Nobel de Chimie 2008 pour la co-découverte de la GFP, la protéine fluorescente verte tirée de la méduse, Marco Gallio et son équipe ont donc été capables de dresser le premier tableau des pensées s’agitant dans la cervelle de Drosophila melanogaster. 

Selon l’un des auteurs de l’étude, la technique serait d’ores et déjà testée sur des souris, en attendant, pourquoi pas, de pouvoir décoder les pensées humaines.

 

Source : S & A