in

L’année 2016 s’est finie en beauté avec la découverte de portées d’ocelots sauvages au Texas

Crédits : Pixabay

Trois femelles ocelots sauvages et leur portée ont été repérées au Texas grâce à des pièges photographiques. Une excellente nouvelle pour cette espèce grandement menacée dans la région qui montre des premiers signes de redressement.

Alors que les populations d’ocelots se portent bien en Amérique centrale et du Sud, moins d’une centaine de spécimens semblent survivre encore au Texas où 95 % de leur habitat ont été défrichés par l’agriculture et le bâtiment. Au Texas la menace est constante et pour obtenir un meilleur contrôle des populations d’ocelots, les biologistes de la Fish and Wildlife Service des États-Unis (USFWS) utilisent des pièges photographiques et la technologie GPS pour suivre les femelles ocelots à travers deux zones de conservation : la Yturria Conservation Easement et le Laguna Atascosa National Wildlife Refuge. Dans la première zone, trois femelles avec des portées ont récemment été repérées. Ce sont les premières en 20 ans.

À l’intérieur de l’une des tanières reposait notamment un petit chaton âgé de seulement trois semaines et ne pesant que 400 grammes. Les biologistes de l’USFWS ont eu le temps de lui faire un bilan de santé rapide avant que la mère ne revienne. Le petit se porte bien et les chercheurs garderont un œil sur lui. Au total, ce sont cinq chatons qui ont été repérés. Une excellente nouvelle pour ces félins qui pourraient potentiellement faire leur retour dans la région. Selon les chercheurs, des précipitations abondantes et une croissance subséquente de la végétation au cours de ces dernières années pourraient expliquer ce rebond inattendu et inespéré grâces aux plantes nourrissant les rongeurs, les lapins et autres oiseaux qui figurent au menu des ocelots.

Le jeune ocelot photographié dans sa tanière. Crédit : USFWS

Mais des précipitations abondantes et une végétation plus fournies ne font pas tout. Les ocelots ayant besoin de circuler pour trouver de nouveaux partenaires sexuels, ceux-ci traversent les routes et interagissent avec les Hommes. D’ailleurs, les accidents de la route sont aujourd’hui la première cause de décès des ocelots aux États-Unis. Depuis quelques années, des mesures ont néanmoins été prises par le Ministère des Transports texan pour tenter de réduire les perturbations humaines avec notamment la construction d’une douzaine de passages souterrains permettant aux félins de circuler librement et en toute sécurité.

Source