in

L’histoire des frères muses, ces albinos noirs enlevés pour devenir bêtes de foire

Nous sommes au début du XXe siècle, à une époque où les personnes « de couleur » étaient encore considérées comme des marchandises. Voici l’histoire des frères muses, noirs albinos kidnappés par un cirque ambulant afin d’y jouer un rôle des plus ingrats.

George et Willie Muse ont été enlevés en 1899 à Truevine, une commune située dans l’état de Virginie (États-Unis), alors qu’ils étaient âgés respectivement de neuf et six ans. À l’époque, les personnes noires étaient encore assimilées à de la marchandise qu’il fallait exploiter. Ces deux frères albinos avaient donc la peau blanche, les yeux bleus, ainsi que de longues dreadlocks blanches parfois volontairement dressées sur leur tête pour accentuer leur côté « spectaculaire ». Leur apparence considérée comme « exotique » a éveillé les envies de profit de deux autres frères : les Ringling.

Exploités en tant que bêtes de foires dans un cirque ambulant, les deux frères Muse rebaptisés Eko et Iko ont été présentés comme des erreurs de la nature, des cannibales et parfois même des « ambassadeurs de la planète Mars ». Véritables stars internationales entre 1920 et 1930, bien avant l’apparition du petit écran, les deux frères ont été invités à se « produire » dans des lieux aussi prestigieux que le Buckingham Palace ou encore le Madison Square Garden où des milliers de spectateurs se massaient pour les observer.

Leur mère nommée Harriet ne pouvait pas accepter cette situation plus que dégradante et a défié pendant des années les hommes blancs pour les faire revenir dans leur contrée natale, une véritable croisade.

Leur histoire est relatée dans un ouvrage baptisé Truevine : Two Brothers, a Kidnapping, and a Mother’s Quest : A True Story of the Jim Crow South. (Voir couverture ci-dessous)

Son auteur, la journaliste Beth Macy, a passé 25 années à approfondir cette histoire en enquêtant et en s’entretenant avec Nancy Saunders, une des descendantes des frères Muse. Beth Macy a été interviewée par le site Vice News dans un article poignant paru le 28 octobre 2016.

Sources : Vice NewsTime