in

Un embryon rare pondu par une énorme tortue au temps des dinosaures

Crédits : Masato Hattori

Une équipe de paléontologues a récemment analysé le contenu embryonnaire d’un oeuf de tortue vieux de 90 millions d’années retrouvé en Chine. Ces travaux ont permis d’appréhender l’espèce concernée et d’en apprendre davantage sur son comportement de nidification.

Il y a environ 90 millions d’années, une tortue géante a pondu des œufs dans ce qui aujourd’hui le Henan, une province chinoise retrouvée au centre du pays. L’un de ces œufs n’a jamais éclos, mais les os délicats de l’embryon contenu à l’intérieur ont été préservés pendant des dizaines de millions d’années, avant qu’un agriculteur ne tombe dessus en 2018. Une analyse de cet œuf rare a récemment permis d’identifier l’espèce contenue à l’intérieur. Les détails de l’étude sont publiés dans les Proceedings of the Royal Society B: Biological Sciences.

Une coquille incroyablement épaisse

Cet embryon appartenait à l’espèce de tortue terrestre Yuchelys nanyangensis éteinte il y a environ 66 millions d’années. L’oeuf, quasi sphérique, mesurait 5,4 sur 5,9 cm. À titre de comparaison, c’est un peu plus petit qu’une balle de tennis.

Sa coquille était effectivement très épaisse (1,8 mm). Pour mettre cela en perspective, c’est environ quatre fois plus épais qu’une coquille d’œuf de tortue des Galápagos. Les autruches pondent quant à elles des œufs protégés par des coquilles plus épaisses (environ deux millimètres), mais comme le soulignent les chercheurs, “cet oeuf était beaucoup plus petit qu’un oeuf d’autruche“.

oeuf tortue fossile
L’oeuf de tortue fossilisé. Crédits : Ke et coll. 2021

Grâce à une équation s’appuyant sur la taille de cet œuf, les chercheurs ont pu estimer la longueur de la carapace de la tortue qui en est à l’origine : environ 1,6 m. Notez que cette mesure n’inclut pas la longueur du cou ou de la tête.

Enfin, une analyse par microtomographie aux rayons X visant à créer des images virtuelles en 3D de l’œuf et de son contenu a permis d’estimer que l’embryon était développé à près de 85 %. Une partie de la coquille est également cassée. “Peut-être a-t-il essayé d’éclore, mais a finalement échoué“, souligne ainsi Darla Zelenitsky, de l’Université de Calgary (Canada) et principale auteure de l’étude.

oeuf tortue fossile
Une image CT des os embryonnaires contenus dans l’œuf de la tortue. Crédits : Ke et coll. 2021
tortue
Une illustration de ce à quoi la tortue aurait pu ressembler après l’éclosion. Crédits : Masato Hattori

À cette époque, le centre de la Chine proposait un climat particulièrement aride. Aussi, d’après les chercheurs, les œufs de cette espèce étaient probablement déposés dans des nids profondément enterrés dans un sol humide pour ne pas se dessécher.

Malgré leurs œufs épais et leur stratégie de nidification souterraine, les chercheurs concluent qu’il est possible que ces tortues n’aient pas pu s’adapter aux changements climatiques et environnementaux plus froids ayant suivi l’extinction massive de la fin du Crétacé.