in

Cette « odeur » dégagée par les bébés déclenche l’agressivité chez les femmes, mais calme les hommes

Crédits : PublicDomainPictures / 17902 images

Une étude intrigante suggère qu’un produit chimique excrété par les bébés pourrait influencer le degré agressivité chez les humains, exacerbant ce comportement chez les femmes tout en l’atténuant chez les hommes. Ces travaux sont publiés dans la revue Science Advances.

Nous savons que l’hexadécanal (HEX) joue un rôle dans le comportement de la souris. Une étude publiée en 2015 avait en effet rapporté que cette molécule pouvait réduire les réponses au stress chez ces animaux grâce à un processus connu sous le nom de « tampon social. » Des recherches plus récentes ont également révélé que ce produit chimique pouvait jouer un rôle dans la modulation du comportement humain en réduisant nos réactions de sursaut.

Cette nouvelle étude s’appuie sur ces découvertes antérieures en se focalisant sur l’influence de l’HEX sur le comportement agressif des humains.

Une réaction différente selon le genre

Dans le cadre de ces travaux, des chercheurs du Weizmann Institute of science, en Israël, ont recruté deux cents participants pour explorer l’effet de HEX sur l’agression à travers deux expériences comportementales visant à mesurer les réponses agressives d’une personne. Ces travaux ont effectivement révélé que l’exposition à cette substance chimique influençait bien le degré d’agressivité.

« Nous avons découvert que HEX n’a ​​pas d’odeur perceptible, mais que lorsque vous le reniflez, cela affecte la façon dont vous vous comportez envers les autres, en particulier vos réponses agressives envers les autres« , explique Eva Mishor, principale auteure de l’étude.

Point intéressant, ces résultats étaient également discordants selon le sexe. Globalement, les femmes exposées à ces molécules ont affiché une agressivité accrue tandis que les hommes ont développé une agressivité réduite.

Des mesures d’activité cérébrale réalisées par imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf) ont ensuite révélé que l’exposition à HEX avait augmenté l’activité dans le gyrus angulaire gauche de tous les participants. En revanche, la connectivité de cette région du cerveau à d’autres différait selon le sexe. Ces différents processus cérébraux semblent donc induire davantage de « régulation sociale » chez les hommes, tandis qu’ils réveillent un signal d’alerte chez les femmes.

bébés hex odeur
Crédits : fancycrave1

Une fonction évolutive ?

Pour l’heure, on ignore pourquoi les hommes et les femmes réagissent différemment à ce produit, mais les chercheurs ont émis une hypothèse. Ces réponses spécifiques au sexe pourraient être un outil développé par les bébés pour favoriser leurs chances de survie.

Dans le cadre de ces travaux, les chercheurs ont en effet découvert que la sécrétion de ce produit était plus importante sur le cuir chevelu des nouveau-nés. Les auteurs spéculent donc que l’HEX pourrait être un outil de signalisation chimique important pour les bébés envers leurs parents.

« Les bébés ne peuvent pas communiquer par le langage, la communication chimique est donc très importante pour eux« , explique Noam Sobel, coauteur de l’étude. « Et en tant que bébé, il est dans votre intérêt de rendre votre mère plus agressive et de réduire l’agressivité de votre père« .

Le chercheur fait ici référence au phénomène d’infanticide, couramment observé dans le règne animal. Chez les mammifères, nous savons en effet que plus l’agressivité paternelle est importante, plus le risque d’infanticide l’est également. D’un autre côté, une mère plus agressive sera plus à même de défendre sa progéniture.

Ainsi, « si les bébés disposaient d’un mécanisme capable d’augmenter l’agressivité chez les femmes tout en la régulant chez les hommes, cela augmenterait probablement leurs chances de survie« , peut-on lire dans l’étude.

Rappelons que ce n’est ici qu’une hypothèse basée sur une étude impliquant seulement deux cents personnes. Des travaux supplémentaires seront donc nécessaires pour véritablement appréhender les possibles associations entre l’exposition aux HEX et les altérations de l’activité cérébrale chez les humains.