in

L’expérience d’Ocean Cleanup dans le Pacifique nord est un succès !

Crédits : ocean cleanup

En août, l’organisation à but non lucratif The Ocean Cleanup s’est attaquée à un « monstre » : le vortex de déchets du pacifique nord. Pour la première fois, le système de récupération n’était plus passif, mais boosté par un système de propulsion. Et visiblement, l’opération est un succès.

Le dispositif Ocean Cleanup consiste déployer des filets de plusieurs centaines de mètres de long en forme de « U » sur trois mètres de profondeur dans le but de recueillir un maximum de déchets humains dans les océans. Ces déchets sont finalement triés, puis recyclés. Depuis août, le projet se concentre sur vortex de déchets du pacifique nord, une énorme soupe d’ordures au moins trois fois plus grande que la France flottant sur l’eau entre l’archipel d’Hawaï et la Californie.

Jusqu’à présent, le système était passif, se laissant dériver au gré des courants océaniques. Dans le cadre de cette campagne, l’équipe a finalement opté pour un système propulsé, promettant d’être plus efficace. Concrètement, deux navires avec équipage se sont placés à chaque bout de la barrière en forme de U (800 mètres de long) dans le but de la remorquer dans l’eau à une vitesse constante de 1,5 nœud (environ 2,78 km/h). De cette manière, le système peut également être dirigé vers des zones à forte concentration de déchets.

Opération réussie

Depuis le mois d’août, le système (surnommé Jenny) a subi plus de 70 tests distincts pour tester son efficacité. Le plus récent impliquait de remplir complètement les barrières de Jenny dans le cadre d’une campagne de six semaines clôturée il y a quelques jours. Et d’après l’équipe, ce test fut un véritable succès. « Tout a fonctionné !!! Charge massive. Nous essaierons de partager les images dès que possible« , a notamment tweeté Boyan Slat, PDG d’Ocean Cleanup.

Quelques images de ces différentes prises sont visibles dans la vidéo ci-dessous :

L’équipe est toujours en train de traiter ses déchets. Pour l’heure, on ignore donc la quantité récoltée, mais l’expérience est prometteuse. En parallèle, l’équipe d’Ocean Cleanup s’efforce également d’empêcher les déchets plastiques de pénétrer dans l’océan en premier lieu grâce à un système de collecte en rivière appelé « The Interceptor ».

Dans le cadre de cette campagne, The Ocean Cleanup collabore avec Konecranes, une entreprise finlandaise de fabrication de matériel de levage. Ensemble, les deux organisations ont développé plusieurs embarcations s’appuyant sur une longue rampe flottante pour guider les déchets en plastique dans des « bacs » prévus à cet effet. Des capteurs embarqués alertent ensuite les opérateurs locaux lorsque ces bacs doivent être vidés. Enfin, les déchets sont acheminés vers les installations locales pour être traités.