in

Nutri-Score : les produits les moins bien notés sont bien associés à un risque accru de mortalité

Crédits : shekaka

Un étude publiée ce jeudi confirme, sans surprise, que les aliments ayant les moins bonnes notes au Nutri-Score sont associés à un plus grand risque de mortalité.

Le Nutri-Score, concrètement, c’est quoi ?

Orienter les consommateurs vers des choix alimentaires plus sains est un enjeu important pour la prévention des cancers et autres maladies chroniques. Aussi, depuis plusieurs années, certains pays ont opté pour la mise en place d’un étiquetage simplifié. Baptisé “Nutri-Score”, ce dernier reflète la qualité nutritionnelle des aliments. En France, le logo a été officiellement adopté il y a trois ans dans cadre de la loi de modernisation du système de santé.

Le principe est simple : des lettres, de A jusqu’à E, permettent aux consommateurs de voir si les produits concernés sont sains ou non. Ces notes sont attribuées en fonction du score FSAm-NPS (Food Standards Agency nutrient profiling system). Grossièrement, celui-ci prend en compte, pour 100 grammes de produit, la teneur en nutriments et aliments à favoriser (fibres, protéines, fruits et légumes), et la teneur en nutriments à limiter (énergie, acides gras saturés, sucres, sel).

Après calcul, le score obtenu par un produit permet de lui attribuer une lettre et une couleur. Vous l’aurez ensuite compris, les produits les plus favorables sur le plan nutritionnel sont classés A (vert). À l’inverse, les produits les moins favorables sur le plan nutritionnel sont classés E (rouge).

Mais peut-on réellement se fier à cet étiquetage ? Pour le savoir, des chercheurs du Centre de Recherche épidémiologie et statistiques-Université de Paris se sont penchés sur le lien entre la qualité nutritionnelle des aliments et la mortalité. Pour se faire, ils ont enregistré et analysé les choix alimentaires de plus de 500 000 personnes de dix pays européens entre 1992 et 2015.

supermarché nutri-score
Crédits : Alexas_Fotos/Pixabay

Des résultats significatifs

Ces travaux, publiés dans le Bristish Medical Journal (BMJ), ont révélé que les participants qui consommaient en moyenne plus d’aliments moins bien classés au moyen du Nutri-Score présentaient une mortalité accrue (mortalité totale et mortalité liée au cancer et aux maladies des appareils circulatoires, respiratoires et digestifs). Ces résultats étaient encore significatifs après la prise en compte d’un grand nombre de facteurs socio-démographiques et liés au mode de vie.

Les personnes qui consomment des aliments de moins bonne qualité nutritionnelle vont avoir une mortalité augmentée d’environ 7%“, précise Mélanie Deschazaux, co-auteure de l’étude au micro d’Europe 1.

Pour Mathilde Touvier, chercheuse à l’inserm, cette étude “valide” la pertinence de ce score et de ce logo “dans le cadre de politiques de santé publique visant à orienter les consommateurs vers des aliments de meilleure qualité nutritionnelle”.