in

Nucléaire : une start-up signe le retour des réacteurs à sels fondus !

Crédits : mbe.doe.gov

La plupart des centrales nucléaires sont équipées de réacteurs à eau. Toutefois, une start-up a développé une offre portant sur des réacteurs à sels fondus. C’est loin d’être une technologie nouvelle, mais cette technologie a été éclipsée par les modèles à eau légère. Comment fonctionne cette technologie ?

Les réacteurs à sels fondus, une technologie déjà connue

La majorité des centrales nucléaires fonctionnent à l’aide de réacteurs à eau légère. L’eau y sert de fluide caloporteur : elle transporte la chaleur entre plusieurs sources de température. Le fait est que ces réacteurs à eau ont pris le pas sur une autre technologie : les réacteurs à sels fondus qui utilisent des sels de type fluorure de lithium ou fluorure de béryllium.

Ayant fait l’objet d’expérimentations dans les années 1960, les réacteurs à sels fondus signent aujourd’hui leur grand retour. Comme l’explique Popular Mechanics dans un article du 19 octobre 2020, la start-up Elysium Technologies a développé une nouvelle offre. Il est question d’une déclinaison de réacteurs à sels fondus en plusieurs tailles, à savoir de 50 à 1 200 MW.

réacteur sels fondus schéma
Schéma du fonctionnement d’un réacteur sels fondus
Crédits : SNETP

Moins de déchets et moins de radioactivité

Les porteurs du projet estiment que ce type de réacteur a de nombreux avantages en plus de fournir une énergie atomique verte. En effet, cela réduit le risque d’accident et permet la production de déchets moins radioactifs. Ces produits de fission prennent environ 300 ans pour se dégrader contre au moins 10 000 ans pour les déchets des réacteurs conventionnels.

Évoquons également la possibilité de recycler les déchets nucléaires les plus dangereux. Les responsables évoquent un réacteur rapide (à un flux de neutrons non ralenti) avec un combustible fondu que l’on alimente en déchets nucléaires. Or, ce genre de réacteur n’a pas besoin de modérateur comme c’est le cas des réacteurs à eau légère. Si la rapidité du réacteur à sels fondus est un atout, cette dernière représente également un inconvénient. En effet, la rapidité génère un bombardement plus important de neutrons. Or, la centrale doit s’en protéger.

Elysium Technologies a évoqué le problème et insisté sur l’aspect sécuritaire de ses installations. Ils y ont installé un bouchon de congélation activement refroidi afin de produire et maintenir un bouchon de sel congelé. Ainsi, en cas de dépassement des limites de température ou de perte de courant, le bouchon fond et le contenu du réacteur fait ensuite l’objet d’une vidange. Ce contenu se retrouve finalement dans des réservoirs réfrigérés.