in

Nucléaire : les mini-réacteurs révolutionneront-ils ce domaine ?

Crédits : Pixabay

Présenté comme moins onéreux et moins dangereux, le concept de mini-réacteur nucléaire pourrait devenir la nouvelle référence dans ce domaine. Fort de dimensions compactes, il sera néanmoins peu évident d’en installer partout, surtout que la réputation du nucléaire n’est pas au beau fixe !

Tout d’abord, rappelons que la France est le pays où la présence du nucléaire est la plus importante au monde avec 75 % de l’apport énergétique. Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire, espérait baisser cette part à 50 %, mais s’est rendu à l’évidence quant à l’impossibilité de cette tâche car selon lui il « faudrait fermer entre 17 et 25 réacteurs », des propos rapportés par Le Figaro.

Voir s’installer un réacteur dans son secteur est quasiment une catastrophe pour bon nombre de nos concitoyens. En effet, tout semble indiquer que ces installations sont dangereuses, complexes et démesurées alors que tout le monde se souvient des catastrophes de Fukushima en 2011 et plus anciennement de Tchernobyl (1986). De plus, si cette industrie rejette peu de gaz à effet de serre, celle-ci engendre des déchets radioactifs dont l’homme ne sait pas vraiment quoi faire, à part les stocker dans des grottes ou au fond de la mer.

Dans le pays le plus nucléarisé au monde, on cherche désormais à développer des réacteurs de plus petite taille délivrant une puissance dix fois moins importante. Fini les gros monstres de plus de 1 500 MWe ? Rien n’est sûr, mais l’idée est de stopper l’escalade de la puissance des centrales en faisant simple et petit.

  « Nous travaillons actuellement sur un réacteur de 150 MWe » a expliqué Bernard Salha, directeur de la Recherche & Développement du groupe EDF pour Science & Vie.

Ce concept baptisé Small Modular Reactor (SMR) visant à redynamiser le nucléaire et à lui faire peau neuve affiche des dimensions très réduites par rapport à un réacteur classique : 25 mètres de longueur pour 4,6 mètres de diamètre dans le cas du projet d’EDF.

Enfin, évoquons le fait que dans le monde, plus d’une quarantaine de géants du secteur des start-up dont NuScale Power (la plus proche du but) planchent actuellement sur le même type de mini-réacteurs, dont la puissance ne dépassera pas les 300 MWe.

Crédits : NuScale Power

Ces installations compactes sont prévues pour alimenter en électricité et en chaleur une ville moyenne avec tous ses équipements. L’avenir nous dira si ce virage pris par le nucléaire réduira les risques ou non, car qui dit réduction de la puissance dit multiplication des installations pour quadriller le territoire.

Sources : Science & VieL’Usine Nouvelle