in

Une nouvelle planète isolée autour de l’étoile la plus proche du Soleil

Crédits : L. Calçada/ESO

Selon une nouvelle étude, la voisine la plus proche du Soleil pourrait en fait héberger trois planètes. Des astronomes ont en effet trouvé des preuves suggérant la présence d’un nouveau monde évoluant très près de Proxima Centauri. Les détails de ces travaux sont publiés dans la revue Astronomy & Astrophysics.

Et de trois !

Retrouvée à seulement 4,2 années-lumière, Proxima Centauri est l’étoile la plus proche du Soleil, mais elle n’est pas seule. Il y a un peu plus de cinq ans, une équipe d’astronomes de l’European Southern Observatory avait en effet annoncé la découverte d’une première planète en orbite autour de cette étoile. Nous avons depuis appris que ce monde, baptisé Proxima Centauri b, évolue dans la zone habitable de son système, complétant un tour de son étoile en onze jours terrestres. Les études se poursuivent actuellement dans le but de savoir si cette planète pourrait abriter une atmosphère et des océans.

Puis, en 2020, des chercheurs de l’Institut national italien d’astrophysique ont suggéré la présence d’une seconde planète autour de l’étoile. Ce monde, baptisé Proxima c, mettrait environ cinq ans pour faire le tour de son étoile. Il serait également au moins six fois plus massif que la Terre, mais serait probablement trop froid pour accueillir la vie telle que nous la connaissons.

Plus récemment, des astronomes ont trouvé des preuves d’une troisième planète encerclant Proxima Centauri. Ce monde extraterrestre ne représenterait qu’un quart de la masse de la Terre, ce qui, en cas de confirmation, en ferait l’une des exoplanètes les plus légères connues. « Cette nouvelle découverte montre que notre voisine stellaire la plus proche semble regorger de nouveaux mondes intéressants, à la portée d’une étude plus approfondie et d’une exploration future« , souligne João Faria, de l’Institut d’astrophysique et des sciences spatiales au Portugal.

planète
Une illustration d’artiste de Proxima d. Crédits : ESO/L. Calçada/EPA

Un monde inhabitable

Cette nouvelle planète, baptisée Proxima d, a pu être détectée grâce à la méthode de vitesse radiale. Celle-ci consiste à repérer de minuscules oscillations dans le mouvement d’une étoile induites par le remorqueur gravitationnel d’un monde en orbite. Dans ce cas précis, ces remorqueurs étaient très légers, correspondant à une planète avec une masse minimale d’un quart de celle de la Terre. Pour ce faire, les chercheurs se sont appuyés sur l’instrument ESPRESSO, installé sur le Very Large Telescope (VLT) de l’Observatoire européen austral au Chili.

D’après les analyses, Proxima d évoluerait très près de son étoile, à un dixième de la distance entre le Soleil et Mercure, complétant une orbite tous les cinq jours terrestres. À une telle distance (environ quatre millions de kilomètres), cette planète évolue hors de la zone habitable de Proxima Centauri, où la plage de températures permet la présence d’eau liquide. S’il fait beaucoup trop froid sur Proxima c, il ferait en revanche beaucoup trop chaud là-bas.