in

Pour vivre plus longtemps, mangez du piment conclut une étude !

Crédits : Pixabay / englishlikeanative

À l’Université de Vermont (États-Unis), une équipe de chercheurs a mené une vaste étude sur plus de vingt ans pour étudier une éventuelle corrélation entre la consommation de piment et une espérance de vie plus longue. Selon leurs conclusions, c’est une corrélation qui existe bien.

Dans la revue PLOS One, une équipe de chercheurs de l’Université du Vermont (États-Unis) publie une étude portant sur la consommation de piment et une éventuelle corrélation avec la longévité. Celle-ci a été menée sur 16 000 Américains sur une durée de 23 ans et parvient à la conclusion que ceux qui affirment manger régulièrement du piment sont beaucoup moins victimes de problèmes cardiaques ou d’AVC.

« Notre étude vient généraliser d’autres résultats observés précédemment et allant dans le même sens. Le piment — et la nourriture épicée — pourrait donc bientôt faire partie des recommandations des nutritionnistes », explique Mustafa Chopan, l’auteur principal de l’étude qui précise qu’elle a montré une baisse de 13 % de mortalité globale pour ceux qui consomment régulièrement l’aliment.

Toutefois, ces résultats sont à tempérer pour plusieurs raisons : d’abord, la mesure de la consommation des participants à l’étude ne repose que sur les déclarations de ces derniers. Ensuite, s’ils ont constaté une corrélation sensible entre les gens qui mangent beaucoup de piment et ceux qui ont moins de chances de mourir de problèmes cardiovasculaires, cette étude ne montre pas que cette consommation permet d’allonger la durée de vie. Enfin, « le mécanisme par lequel les piments peuvent ralentir la mortalité est mal connu et incertain », affirment les chercheurs. En réalité, il ne s’agit que de la deuxième étude sur le sujet et c’est une étape supplémentaire dans la compréhension des mécanismes concernés.

Accompagné d’un professeur en médecine, Mustapha Chopan a alors consulté des données issues de la National Health and Nutritional Examination Survey qui évalue la santé et l’alimentation des individus au travers d’entretiens et d’examens physiques. Ils ont alors constaté une baisse du cholestérol, de l’hypertension et une alimentation plus variée chez les personnes qui affirment consommer régulièrement du piment.

L’autre étude qui a été menée sur le sujet a été réalisée par des chercheurs chinois, cette fois-ci durant quatre ans et sur 487 000 personnes. Celle-ci avait déjà conclu à une relation entre la longévité et la nourriture relevée.