in

VIH : un nouveau variant découvert aux Pays-Bas surprend les chercheurs

Crédits : nito100 / iStock

Une étude récente menée dans près d’une dizaine de pays fait état de l’apparition d’un nouveau variant du VIH chez plus d’une centaine de patients. Or, ce variant est plus virulent et plus transmissible que les autres, permettant également à la maladie de se déclarer beaucoup plus tôt.

Un variant plus contagieux et plus grave

Le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) est un rétrovirus responsable chez l’humain du syndrome d’immunodéficience acquise (SIDA). En septembre 2021, un vaccin expérimental contre le VIH faisant l’objet d’un essai clinique de phase 2 en Afrique par Johnson & Johnson a essuyé un échec. Quelques mois plus tôt, Moderna avait pour sa part annoncé le début de la phase I d’un essai pour un vaccin à ARN messager.

Toutefois, ce virus a de nouveau fait parler de lui ce 3 février 2022 dans la revue Science. Des chercheurs de l’Université d’Oxford (Royaume-Uni) disent en effet avoir identifié un nouveau variant du VIH. Ils ont mené une étude sur plus de 7 000 échantillons séropositifs dans neuf pays différents. Selon les résultats, le nouveau variant a fait son apparition chez 109 patients. Les chercheurs soulignent le fait que le variant en question, dont l’appellation est VB, est plus contagieux et plus grave. Cependant, les traitements antirétroviraux actuellement en vigueur resteraient tout aussi efficaces.

virus HIV
Crédits : Artem_Egorov / iStock

Une apparition dans les années 1980-1990

Il faut savoir que le variant VB présente des caractéristiques différentes des autres souches de VIH. Les personnes infectées ont une charge virale entre 3,5 et 5,5 fois plus importante que les autres et leurs lymphocytes T4 ont un déclin plus rapide. Ainsi, le risque de contracter le SIDA est plus important et en cas d’apparition, la maladie se déclare plus tôt, à savoir au bout de neuf mois environ contre deux à trois ans habituellement.

Les chercheurs ont analysé le matériel génétique du variant. Le fait est que ce dernier comporte beaucoup de mutations. Selon les estimations, ce même variant a émergé aux Pays-Bas dans les années 1980-1990 avant de se propager rapidement dans les années 2000. Néanmoins, la généralisation des traitements antirétroviraux durant la décennie suivante a permis de ralentir sa progression.

Chris Wymant, le principal auteur de l’étude, rappelle que découvrir de nouvelles variantes du VIH n’est pas quelque chose d’exceptionnel en soi. En revanche, en découvrir une présentant de telles caractéristiques est inhabituel, surtout lorsqu’il est question d’une plus grande virulence. D’autres études devront à présent être menées afin d’en savoir davantage sur le variant VB, notamment en ce qui concerne sa virulence et sa transmissibilité.