in

Un nouveau titanosaure identifié dans les Pyrénées

Illustration d'artistes de dinosaures à long cou. Crédits : Mark Witton

Une équipe internationale de paléontologues décrit une nouvelle espèce de dinosaure titanosaure, dont les restes ont été fouillés en Catalogne (Espagne). L’animal, qui mesurait plus de dix-sept mètres de long, était étroitement lié aux géants d’Amérique du Sud.

Les titanosaures intégraient la famille des sauropodes, un groupe de dinosaures connus pour leur taille impressionnante et leur long cou. Très diversifiés et abondants dans les écosystèmes terrestres du Crétacé, tous étaient quadrupèdes et phytophages. Ces grands animaux, dont certains pouvaient peser plusieurs dizaines de tonnes, n’ont été contestés que par les prédateurs de leur époque.

Cela étant dit, une équipe internationale dirigée par des chercheurs de l’Institut Català de Paleontologia Miquel Crusafont (ICP) rapporte la découverte d’une nouvelle espèce sur le site d’Orcau-1, dans le sud des Pyrénées espagnoles. L’animal, baptisé Abditosaurus kuehnei, évoluait dans la région à la fin du Crétacé, il y a environ 70,5 millions d’années.

Les paléontologues soulignent avoir identifié ce nouveau dinosaure grâce à 53 éléments squelettiques, dont plusieurs dents, vertèbres, côtes et os des membres, scapulaires et pelviens, ainsi qu’un fragment semi-articulé du cou formé de douze vertèbres cervicales. Il s’agit du spécimen le plus complet de ce groupe de dinosaures herbivores découvert jusqu’à présent en Europe.

dinosaure titanosaure
Silhouette d’Abditosaurus kuehnei imaginée en fonction des restes retrouvés. Crédits : Bernardo González Riga.

Un dinosaure « venu d’ailleurs »

En outre, Abditosaurus se présente aujourd’hui comme la plus grande espèce de titanosaure trouvée dans l’île ibéro-armoricaine, une ancienne région comprenant aujourd’hui la péninsule ibérique et le sud de la France. Le spécimen en question mesurait 17,5 mètres de long avec une masse corporelle de quatorze tonnes.

La taille de ce dinosaure n’a d’ailleurs pas manqué de surprendre les paléontologues. En effet, les titanosaures européens du Crétacé supérieur avaient tendance à être de petite ou moyenne taille en raison de leur évolution dans des conditions insulaires. À leur époque, il y a entre 83 et 66 millions d’années, le continent n’était encore qu’un vaste archipel composé de dizaines d’îles où les ressources alimentaires étaient limitées.

Compte tenu de sa taille et de sa robustesse, les chercheurs, qui décrivent leur étude dans Nature Ecology & Evolution, suggèrent qu’Abditosaurus appartient à un groupe de titanosaures saltasaurines d’Amérique du Sud et d’Afrique, différent du reste des titanosaures européens plus petits. D’après eux, la lignée Abditosaurus pourrait avoir atteint l’île ibéro-armoricaine en profitant d’une baisse globale du niveau de la mer, libérant alors d’anciennes routes migratoires entre l’Afrique et l’Europe. La découverte sur le même site de coquilles d’œufs d’espèces de dinosaures connues pour avoir habité le Gondwana, le continent le plus au sud, soutient également cette hypothèse.