in

Un nouveau titanosaure du Crétacé découvert en Argentine

Inawentu oslatus titanosaure
Reconstitution de la vie d'Inawentu oslatus. Crédits : Gabriel Lio.

Une nouvelle découverte paléontologique en Argentine révèle un nouveau genre et une nouvelle espèce de dinosaure sauropode titanosaurien. Baptisé Inawentu oslatus, ce titanosaure qui mesure environ quinze mètres de long aurait vécu il y a environ 86 millions d’années, à la fin du Crétacé.

Un nouveau géant en Argentine

Les titanosaures constituent un groupe diversifié de dinosaures sauropodes qui se distinguent par certaines caractéristiques distinctives. Leur notoriété repose principalement sur leur grande taille qui fait d’eux les plus grands animaux terrestres ayant jamais existé. Ces géants étaient en effet dotés de longs cous qui leur permettaient d’atteindre la végétation en hauteur, et d’une position corporelle massive et large.

En ce qui concerne leur chronologie, les titanosaures ont prospéré du Jurassique supérieur, une période géologique qui s’étend d’environ 145 millions d’années avant notre ère jusqu’à la fin du Crétacé, il y a environ 66 millions d’années. Ainsi, leur présence aura marqué une vaste étendue de l’histoire préhistorique de la Terre, ce qui témoigne de leur adaptation et de leur succès évolutif sur une longue période.

Récemment, une équipe de paléontologues a identifié un nouveau membre de cette grande famille de géants. La découverte a été réalisée dans la région de La Invernada qui fait partie de la formation Bajo de la Carpa, dans le bassin de Neuquén.

titanosaure
Illustration de plusieurs titanosaures. Crédits : Julia d’Oliveira

Probablement un titanosaure brouteur

Malgré sa petite taille pour un titanosaure (environ quinze mètres), Inawentu oslatus présente des traits anatomiques similaires aux sauropodes rebbachisauridés. Ces sauropodes à mâchoires carrées étaient présents dans les derniers stades du Crétacé supérieur en Amérique du Sud. Ils étaient également caractérisés par un museau large et un cou relativement court. Ces adaptations trophiques, qui sont des caractéristiques liées aux habitudes alimentaires, sont cruciales pour comprendre comment un dinosaure se nourrissait et interagissait avec son environnement.

Dans le cas d’Inawentu oslatus et d’autres membres de son clade qui présentent des similitudes, un museau large et un cou relativement court pourraient indiquer une adaptation à brouter des végétaux situés à une hauteur plus basse. Cela suggère que ces dinosaures étaient spécialisés dans la consommation de plantes proches du sol. Ces caractéristiques morphologiques peuvent également fournir des indices sur les types spécifiques de plantes que ces dinosaures préféraient manger. Par exemple, un museau large pourrait indiquer une capacité à arracher ou couper des parties spécifiques des plantes.

Une terre de fossiles

Ce n’est évidemment pas la première fois qu’un titanosaure est identifié dans la région. Il y a plusieurs semaines, un duo de paléontologues argentins avait également découvert une nouvelle espèce à partir de spécimens fossilisés découverts dans la même province. Et ce ne sont que les exemples les plus récents.

La concentration élevée de découvertes de titanosaures en Argentine s’explique par plusieurs facteurs. D’une part, ce pays possède des formations géologiques riches en roches sédimentaires du Crétacé, la période où vivaient la plupart des titanosaures. Ces formations ont préservé de nombreux fossiles, ce qui a ainsi favorisé la découverte de squelettes de dinosaures. D’autre part, les conditions environnementales de l’Argentine pendant le Crétacé, telles que des lacs, des rivières ou des plaines inondables, ont également pu faciliter la fossilisation des restes de dinosaures. Les sédiments déposés dans ces environnements ont contribué à la préservation des os et des squelettes.

En outre, la recherche de fossiles en Argentine est active depuis de nombreuses décennies. Des expéditions et des équipes de paléontologues travaillent en effet dans des zones spécifiques du pays. Ces efforts ciblés ont ainsi contribué à la découverte de nombreux spécimens de titanosaures. Enfin, n’oublions pas que l’Argentine est un pays composé de vastes étendues de terres non explorées. Ces dernières offrent ainsi encore un grand potentiel de découvertes.

Les détails de l’étude sont publiés dans la revue Cretaceous Research.