Nouveau record pour l’horloge la plus précise du monde

horloge atomique
Crédits : sakkmesterke

La mesure du temps a évolué vers une précision inouïe avec l’avènement des horloges atomiques. Aujourd’hui, nous entrons dans une ère encore plus précise grâce aux horloges atomiques optiques. Ces instruments surpassent de loin les capacités des structures traditionnelles, ce qui promet des avancées considérables dans divers domaines scientifiques et technologiques.

Les horloges atomiques : principe et utilité

Les horloges atomiques, introduites dans les années 1950, ont révolutionné la mesure du temps. Elles utilisent des atomes de césium refroidis à des températures proches du zéro absolu. Le principe repose sur la mesure de la fréquence de résonance de ces atomes. Concrètement, lorsqu’un atome de césium passe d’un niveau d’énergie à un autre, il émet ou absorbe une radiation électromagnétique avec une fréquence très précise qui sert de référence pour les oscillations de l’horloge. Les horloges atomiques les plus avancées perdent moins d’une seconde en 300 millions d’années, une précision suffisante pour de nombreuses applications.

L’une des utilisations les plus courantes de ces dispositifs est le système de positionnement global (GPS). Les satellites GPS contiennent en effet des horloges atomiques qui synchronisent leurs signaux, permettant aux récepteurs au sol de calculer leur position avec une grande précision.

Ces machines sont également cruciales pour les réseaux de télécommunications, la synchronisation des transactions financières et les recherches scientifiques nécessitant une mesure précise du temps.

horloges nucléaires
Crédits : Pitris/istock

Un nouveau record de précision

Malgré la précision impressionnante des horloges atomiques traditionnelles, les scientifiques ont cherché à atteindre des niveaux encore plus élevés. Les horloges atomiques optiques représentent cette nouvelle génération. Utilisant des réseaux optiques, ou « toiles de lumière », elles piègent et mesurent des milliers d’atomes simultanément.

Une avancée notable est l’utilisation de 40 000 atomes de strontium refroidis à une fraction de degré au-dessus du zéro absolu. Les transitions énergétiques de ces atomes offrent une base encore plus stable pour la mesure du temps.

Récemment, des chercheurs ont atteint une précision stupéfiante avec une incertitude de seulement 8,1 parties par dixième de milliardième de milliardième. Cette précision dépasse largement celle des horloges atomiques classiques et ouvre de nouvelles possibilités. Par exemple, les structures optiques pourraient améliorer la précision des systèmes GPS d’un facteur de mille, transformant la navigation et la cartographie.

Cette nouvelle génération d’horloges pourrait également jouer un rôle clé dans l’exploration spatiale en permettant la réalisation de missions avec une précision jamais atteinte auparavant.

Enfin, l’intérêt de ces machines va également bien au-delà de ces applications pratiques. Leur précision extrême permet en effet d’explorer les fondements de la physique, notamment la relativité générale d’Einstein. Les horloges atomiques optiques peuvent en effet détecter des effets minimes de la courbure de l’espace-temps, même à des échelles microscopiques. Cela offre une opportunité unique de tester les théories physiques avec une rigueur sans précédent.

Les détails de l’étude sont publiés dans Physical Review Letters.