Ce nouveau moyen de capter le CO2 se base sur l’énergie géothermique

Crédits : Jasper Neupane / iStock

Dans le cadre d’une étude menée aux États-Unis, des chercheurs ont récemment mis au point une nouvelle technique de captage de CO2 dans l’air. Or, cette technique inclut une énergie propre, à savoir l’énergie géothermique, autrement dit la chaleur se trouvant naturellement sous la surface de notre planète.

Une méthode inédite pour capter le CO2

Aujourd’hui, les projets de captage de dioxyde de carbone font partie intégrante de la lutte contre le réchauffement climatique et la pollution atmosphérique. Certaines innovations sont d’ailleurs particulièrement intéressantes, comme cette technique de captage dans l’eau de mer ou encore cet isolant végétal capable de fixer le gaz. Citons également une nouvelle usine dont l’objectif est de capter le CO2 afin de produire du carburant pour l’aviation.

Une équipe de l’Université d’État de l’Ohio (États-Unis) a présenté un nouveau moyen de capter le CO2 dans l’air. La publication dans la revue Environmental Research Letters en novembre 2023 décrit une méthode innovante baptisée Direct Air CO2 Capture with CO2 Utilization and Storage (DACCUS) que l’on peut traduire par « Captage direct du CO2 dans l’air avec utilisation et stockage du CO2 » (voir schéma ci-dessous).

schéma CO2 géothermie
Crédits : Martina Leveni et Jeffrey M Bielicki, 2024 Environ. Res. Lett. 19 014007 DOI 10.1088/1748-9326/ad0924

Contrairement aux méthodes classiques de captage du carbone, la technique DACCUS intègre une énergie renouvelable qui provient du sous-sol de la Terre. En effet, les chercheurs ont fait appel à l’énergie géothermique pour alimenter leur procédé, ce qui permet d’éviter l’utilisation de sources d’énergie notamment fossiles, elles-mêmes émettrices de CO2. Ainsi, il est ici question d’avoir recours à une énergie propre et durable dans le but d’alimenter un processus qui permet de réduire la présence de CO2 et donc ses effets néfastes sur le climat ainsi que la santé.

Une première usine d’ici à 2030

L’étude de cas s’est déroulée dans le sud du pays, près du golfe du Mexique. Selon les chercheurs américains, cette zone se caractérise par une géologie qui permet de stocker le CO2 sous terre en toute sécurité. Surtout, la zone bénéficie d’un flux de chaleur suffisant pour permettre l’utilisation de l’énergie géothermique.

« Il y a beaucoup de travail à faire pour prendre en compte l’état de préparation technologique et les politiques nécessaires pour mener à bien ce projet. », a déclaré Martina Leveni, principale auteure de l’étude dans un article publié par Tech Explorist le 20 février 2024.

En effet, la mise en place d’une telle initiative n’est pas chose aisée, si bien que les premières démarches pourraient durer plus de cinq ans. Ainsi, les scientifiques prévoient une première usine de captage de CO2 basée sur la géothermie à l’horizon 2030.