Des scientifiques de Virginia Tech ont développé un nouveau médicament contre le cancer qui utilise des nanoparticules d’or pour cibler directement les tumeurs et réduire les effets secondaires et toxiques de la chimiothérapie.

Le paclitaxel est un médicament antinéoplasique utilisé pour lutter contre certains cancers. Il ralentit ou bloque la croissance des cellules cancéreuses dans votre corps. Mais comme beaucoup de médicaments, le paclitaxel présente de nombreux effets secondaires parfois toxiques tels que la perte de cheveux, des nausées et des douleurs nerveuses. Plus tôt cette année, l’entreprise de biotechnologie Sciences CytImmune a demandé à David Kingston, professeur émérite au Virginia Tech College of Science, de mettre au point un dérivé du paclitaxel qui se lie à des nanoparticules à base d’or. Le but : cibler la tumeur tout en réduisant les effets indésirables.

« Les effets secondaires du Paclitaxel se produisent parce que le médicament est administré par voie intraveineuse ce qui implique le fait qu’il soit distribué dans tout le corps. Il ne cible pas la tumeur » explique David Kingston. « En outre, le solvant utilisé pour permettre la perfusion a sa propre toxicité. Le paclitaxel pourrait être un médicament beaucoup plus efficace si ce dernier pouvait cibler directement la tumeur. Cela permettrait de rendre le traitement beaucoup plus efficace, sans pour autant provoquer d’effets secondaires importants ».

En d’autres termes, pour le moment, la perfusion du paclitaxel s’apparente à un fusil de chasse à granulés tuant la tumeur tout en provoquant de grands dommages collatéraux. Kingston et son équipe affirment que ce nouveau traitement agit comme un fusil finement réglé et utilisant des nanoparticules à base d’or.

Les nanoparticules d’or sont connues pour s’accrocher directement aux tumeurs cancéreuses. Elles seraient ainsi « accompagnées » d’un mélange de paclitaxel et d’une protéine de signalisation cellulaire communément appelée TNF. Lié aux cellules cancéreuses, le paclitaxel pourrait alors être libéré lentement tout en s’attaquant directement à la source. Des tests en laboratoire ont été effectués pour traiter un mélanome chez la souris. Seulement 2,5 mg de paclitaxel auront été nécessaires pour traiter le cancer contre les 40 mg nécessaires en temps normal.

« Nous sommes potentiellement en train de créer un nouveau médicament contre le cancer beaucoup plus efficace et moins toxique pour le corps humain », a déclaré Lawrence Tamarkin, chef de la direction à CytImmune. Des essais cliniques seront bientôt effectués sur l’Homme en vue du développement de nouvelles chimiothérapies plus efficaces assurent les chercheurs.

Source