in

Les restes d’un énorme dinosaure découverts en Australie

Le chantier de fouilles en 2015. Crédits : Musée d'histoire naturelle d'Eromanga

Une équipe de paléontologues décrit une nouvelle espèce de dinosaure dont les restes vieux d’environ 90 millions d’années ont été retrouvés en Australie. L’animal, qui pouvait peser jusqu’à 70 tonnes, est le plus gros sauropode jamais découvert dans la région.

Un nouveau géant

En 2006, alors qu’ils se baladent en moto dans leur vaste ferme de l’outback australien, Robyn et Stuart Mackenzie repèrent un monticule noir. Ils se rapprochent et constatent la présence d’ossements “pas comme les autres”. Intrigués, ils contactent les paléontologues de la région qui, une fois sur place, confirment la nouvelle : ces ossements sont ceux d’un dinosaure. Et pas n’importe lequel !

Les analyses qui suivront, dont les détails sont publiés dans la revue Peerj, révèleront en effet une nouvelle espèce : la plus grande jamais trouvée en Australie et l’une des plus grandes au monde.

Bien qu’étroitement apparenté à trois autres espèces de titanosaures découvertes en Australie, ce dinosaure était en effet significativement plus grand. Son nom : Australotitan cooperensis, également surnommé Cooper, d’après un ruisseau près du site fossilifère (formation de Winton, dans le Queensland). L’animal, qui évoluait il y a environ 90 millions d’années, pesait près de 70 tonnes et mesurait près de trente mètres de long.

dinosaure australie
Scott Hocknull et Robyn Mackenzie avec une reconstruction 3-D de l’humérus d’Australotitan cooperensis. Crédits: Musée d’histoire naturelle d’Eromanga

L’Australie, nouveau “terrain de chasse”

Physiquement, cet animal faisait donc le poids comparé à d’autres mastodontes plus anciens découverts en Amérique du Sud, principalement en Argentine. Et il pourrait y en avoir d’autres.

Nous sommes très enthousiastes à ce sujet, car ce n’est que le début de ce que nous pensons être une nouvelle vague de découvertes de très grandes espèces de dinosaures en Australie“, explique en effet Scott Hocknull, paléontologue au Queensland Museum de Brisbane et co-auteur de l’étude.

En effet, contrairement aux États-Unis où des fossiles sont chassés depuis le milieu du XIXe siècle, l’Australie n’a entamé sa “ruée vers les dinosaures” qu’il y a une vingtaine d’années, avec quelques découvertes notables. Citons notamment Wintonotitan wattsi, Diamantinasaurus matildae ou Australovenator wintonensis, tous découverts dans la formation de Winton. Il y a aussi Weewarrasaurus pobeni et Fostoria dhimbangunmal, pour ce citer qu’eux, découverts en Nouvelle-Galles-du-Sud.

Malgré tout, parce que le terrain australien est relativement plat, les fossiles sont rarement naturellement exposés par érosion des roches, contrairement à d’autres sites abritant chaînes de montagnes et autres canyons. Pour ces raisons, l’Australie est l’un des endroits les plus difficiles au monde pour trouver des dinosaures. “En réalité, ce sont plutôt les dinosaures qui vous trouvent“, note le Dr Hocknull.

D’après lui, il pourrait y avoir des milliers d’autres ossements “magnifiquement préservés” encore enfouis dans le sol, juste sous nos pieds. Et parmi eux figurent probablement ceux de nouveaux géants.