in

Nous venons de vivre la décennie la plus chaude jamais enregistrée

Crédits : iStock

Un rapport souligne que nous venons de vivre la décennie la plus chaude jamais enregistrée depuis 1850. Nous accusons également beaucoup de retard dans lutte contre le réchauffement de la planète.

En février dernier on nous apprenait que la période 2015-2018 avait été la plus chaude jamais enregistrée depuis l’ère pré-industrielle. Un nouveau rapport signé de l’Organisation météorologique mondiale (OMM) pose un constat encore plus alarmant : chacune des quatre dernières décennies a été plus chaude que la dernière. Celle que nous venons d’essuyer bat donc des records.

Océans et phénomènes extrêmes

Globalement, les températures globales enregistrées en 2019 ont été de 1,1 ° C supérieures à la moyenne préindustrielle, peut-on lire dans le rapport. Et le pire, c’est que nous n’avons pas connu de phénomène El Nino (censé exacerber les vagues de chaleur) cette année.

Les océans n’ont jamais été aussi acides, prévient également le rapport. Les eaux absorbent en effet beaucoup plus de C02 qu’elles ne le devraient. En se dissolvant, ce gaz produit alors de l’acide carbonique, qui réduit ensuite le pH de l’eau. Le niveau de la mer n’a par ailleurs jamais été aussi haut, alimenté par la fonte des glaces (329 milliards de tonnes en un an) de la calotte du Groenland.

Qui dit climat détraqué, dit également phénomènes météorologiques extrêmes. Et les conséquences ne se sont pas faites attendre. Le rapport nous apprend en effet que plus de sept millions de personnes auraient été déplacées de chez elles au premier semestre de cette année à cause de ces phénomènes climatiques (inondations, tempêtes ou sécheresse).

Une fois de plus, en 2019, les risques liés au climat et à la météo ont frappé fort, a déclaré le Secrétaire général de l’OMM, Petteri Taalas. Les vagues de chaleur et les inondations qui se produisaient une fois par siècle deviennent aujourd’hui de plus en plus fréquentes“.

chaleur décennie
Celle année il n’a jamais fait aussi chaud en France depuis 1850. Crédits : Ash Photoholic / Flickr

“Nous ne sommes pas prêts”

Rappelons que notre planète n’est plus chaude que de 1°C en moyenne par rapport à l’ère préindustrielle. Le problème, c’est qu’en suivant la même tangente, les experts soulignent que notre planète pourrait être plus de 3°C plus chaude d’ici la fin du siècle.

Les concentrations de dioxyde de carbone (CO2) dans l’atmosphère ont atteint un niveau record de 407,8 parties par million (ppm) en 2018. Or, elles ont continué d’augmenter en 2019, et tout semble indiquer que 2020 suivra le même chemin. “Il n’y a aucune indication d’une atténuation du réchauffement, a en effet déclaré le Secrétaire général. Les chiffres seront plus élevés si nous continuons notre comportement actuel“.

On imagine alors aisément les conséquences. Pour Friederike Otto, directeur adjoint de l’Institut de changement environnemental de l’Université d’Oxford, “nous ne sommes même pas prêts pour un réchauffement à 1,1°C”. Alors imaginez 3°C.

Articles liés :

En Inde, la chaleur pourrait tuer 1,5 million de personnes chaque année

Le Qatar installe des climatiseurs géants directement à l’extérieur pour lutter contre la chaleur

Les épisodes El Niño des dernières décennies sont sans précédent depuis au moins 7 000 ans