in

Nous lavons-nous trop souvent ?

Crédits : iStock

Plus que jamais en raison de la pandémie de Covid-19, tout le monde doit veiller à se laver les mains autant que possible. Toutefois, le reste du corps ne devrait pas faire l’objet d’autant d’attention. En tout cas, c’est ce qu’estime un rédacteur scientifique du magazine étasunien The Atlantic.

L’importance de se laver les mains

James Hamblin est professeur à la Yale School of Public Health et auteur d’un livre à paraître intitulé Clean : The New Science of Skin (“Propre : la nouvelle science de la peau”). Également rédacteur scientifique pour le magazine The Atlantic, l’intéressé a estimé dans un récent article que nous nous lavions trop. Il explique qu’outre les mains, le reste du corps ne devrait pas être nettoyé trop fréquemment.

L’auteur évoque la crise actuelle du Covid-19 et rappelle qu’il est nécessaire de se laver les mains durant une vingtaine de secondes de nombreuses fois dans la journée. Selon lui, il s’agit d’une habitude particulièrement utile pour éviter la propagation du coronavirus.

En revanche, James Hamblin estime qu’il faudrait profiter de cette occasion pour « reconsidérer quel niveau de propreté est bon pour nous, et de quelles pratiques nous pourrions nous passer avec profit ». Cette déclaration peut paraître curieuse au premier abord mais l’auteur n’a pas manqué de s’expliquer.

Une toilette plutôt que la douche

Dans son article, James Hamblin cite la dermatologue canadienne Sandy Skotnicki, officiant dans la ville de Toronto. Lorsque l’air devient sec vers le mois d’octobre au Canada, la spécialiste voit régulièrement des patients souffrant de démangeaisons affluer dans son cabinet. Or, avant de devenir dermatologue, Sandy Skotnicki a étudié la microbiologie. Ainsi, l’experte s’intéresse à l’environnement, notamment l’environnement microbien sur notre peau.

Sandy Skotnicki demande systématiquement à ce type de patient comment ces derniers se douchent. La plupart du temps, il est question de gel douche et de gant de toilette pour se frotter l’intégralité du corps. Or, ceci se reproduit deux fois dans la journée pour les personnes faisant du sport. Sandy Skotnicki leur conseille donc plutôt de pratiquer une toilette au niveau des aisselles, de l’aine ou encore des pieds. L’objectif ? Éviter de laver ni même mouiller des endroits qui n’en auraient pas besoin aussi fréquemment.

Selon l’experte, l’eau, et en particulier l’eau chaude, contribue à éliminer les huiles des couches externes aidant à préserver l’humidité de la peau. Autrement dit, plus une peau est sèche et poreuse, plus celle-ci elle est sensible aux irritants et aux allergènes. Par exemple, l’eczéma se propage davantage chez les personnes ayant une prédisposition génétique à la maladie, surtout en cas de lavage excessif. Enfin, la dermatologue estime que les milliers de milliards de microbes vivant sur notre peau représentent le plus grand organe de notre système immunitaire.