in

Notre visiteur interstellaire Oumuamua viendrait d’un système à deux étoiles

Crédits : ESO/M. Kornmesser

Oumuamua, notre visiteur interstellaire en forme de cigare, pourrait provenir d’un système d’étoiles binaires – c’est-à-dire de deux étoiles en orbite autour d’un point commun. En revanche, son origine précise reste mystérieuse.

Le 19 octobre dernier, des chercheurs annonçaient la toute première détection d’un astéroïde interstellaire, nommé 1I/2017 U1 (alias Oumuamua). Basés sur des mesures ultérieures de sa forme très allongée et mince, certains spéculaient alors sur le fait qu’il pouvait éventuellement s’agir d’un vaisseau spatial. Les chercheurs du projet Breakthrough Initiatives ont en ce sens récemment étudié l’objet en s’appuyant sur le Green Bank Telescope, le plus grand radiotélescope orientable du monde. Leur but était d’écouter Oumuamua afin de détecter (ou non) les signes de transmission radio. Finalement, rien à signaler de ce côté-là. Il pourrait finalement s’agir d’un débris d’une ancienne planète rocheuse. Si sa nature interstellaire est aujourd’hui admise, la question de son origine restait toujours sujette à débats. Selon de récentes analyses, l’astéroïde pourrait néanmoins provenir d’un système binaire.

Dans le cadre de cette étude publiée dans la revue Monthly Notices de la Royal Astronomical Society, Alan Jackson et son équipe du Centre pour les sciences planétaires de l’Université de Toronto ont entrepris de tester l’efficacité des systèmes d’étoiles binaires pour éjecter des objets. Ils ont également examiné la population de ces systèmes dans la Voie lactée, pour finalement conclure que les étoiles binaires peuvent éjecter autant d’astéroïdes que de comètes dans l’espace interstellaire. Les systèmes à étoile unique, comme le système solaire, n’éjectent que des comètes et pas d’astéroïdes.

Sur la base de la composition rocheuse d’Oumuamua, les chercheurs ont également déterminé que l’astéroïde avait probablement été éjecté de la partie interne de son système – c’est-à-dire à l’intérieur de la « ligne de glace » – alors que ce dernier était encore en formation. Il sera cependant difficile de déterminer l’origine précise de l’astéroïde. Les premiers calculs orbitaux préliminaires laissent penser que l’objet provenait d’une région du ciel voisine de l’étoile Véga, dans la constellation boréale de la Lyre. Son voyage jusqu’à notre système solaire aurait duré environ 300 000 ans. En mai prochain, Oumuamua sera à proximité de Jupiter, et il devrait ensuite croiser le voisinage de Saturne en janvier 2019.

Source