in

Nos ancêtres étaient-ils finalement meilleurs sauteurs que grimpeurs ?

Crédits : Paul Tafforeau (ESRF) et Xijun Ni (Chinese Academy of Sciences

Un fossile de cheville découvert dans le sud de la France laisse penser que les primates dont l’Homme descend auraient été de bien plus fins en saut que pour grimper !

Les chercheurs et autres anthropologues étaient jusqu’à aujourd’hui persuadés que l’Homme descendait d’une sorte de primate dont la particularité était de grimper aux arbres et de s’accrocher aux branches fines pour se déplacer. Après la découverte d’un fossile de cheville près de Marseille, la communauté scientifique pourrait changer d’avis.

La fameuse découverte vient justement contredire la théorie évoquée plus haut comme l’indique l’étude publiée le 29 août dans Journal Human Evolution. Le fossile découvert est celui d’un Donrussellia provincialis, un primate qui aurait vécu durant l’Éocène, deuxième époque du Paléogène s’étalant de -56,0 à -33,9 millions d’années.

Crédits : David Boyer /Journal Human Evolution

Selon la forme et la taille du fossile, l’animal était performant en sauts, car celui-ci pouvait vraisemblablement tendre sa jambe assez rapidement pour s’élancer dans les airs. Il s’avère que le Donrussellia provincialis est notre cousin. Il est issu comme notre ancêtre du même primate ancien qui aurait vécu il y a 57 millions d’années. L’espèce s’est ensuite divisée en deux groupes, à savoir les primates à museau humide et les primates à museau sec, ces derniers étant les ancêtres des singes actuels, mais également les nôtres.

Les primates des deux groupes ont des caractéristiques de sauteurs comme le montrent diverses études, dont celle évoquée par le New Scientist en 2013. Ces recherches consistaient à analyser un fossile d’Archicebus achilles, petit primate à museau sec, apportant la preuve que celui-ci était un très bon sauteur.

Ceci voudrait dire que l’ancêtre commun de tous les primates était lui-même un sauteur et bien que cette conclusion soit défendue par quelques scientifiques, d’autres se montrent plus réservés et attendent d’avoir plus de preuves. Il faut tout de même savoir que si la caractéristique de grimpeur semblait très logique pour trouver de la nourriture, celle de sauteur l’est beaucoup moins dans un scénario où seule cette capacité serait mise en valeur.

Sources : Mashable – New Scientist