in

La Norvège va construire le premier tunnel pour navires du monde

Crédits : Norwegian Coastal Administration

La Norvège annonce avoir donné son feu vert à la construction, sous une montagne, du premier tunnel maritime au monde. Situé dans la péninsule de Stad, dans le sud-ouest du pays, il permettra aux bateaux de naviguer plus facilement dans les eaux de la mer du Nord.

C’est une première. Le projet estimé à 295 millions d’euros devrait se concrétiser d’ici 2023. L’ouvrage s’étendra sur près de 1,7 km de long et permettra alors chaque jour le passage d’une vingtaine navires. Le trafic se fera en sens unique, avec un changement de sens toutes les heures. Ainsi paquebots de croisière, navires de fret et plus petits bateaux pourront emprunter ce raccourci souterrain à travers la péninsule Stad, évitant par la même occasion les vents forts et les eaux tumultueuses de la mer de Stadhavet, zone de confluence entre la mer du Nord et la mer de Norvège.

Ce passage de cap est en effet considéré comme la zone de navigation la plus dangereuse de Norvège avec près de cent jours de tempête par ans et cette zone est donc particulièrement redoutée pour ses vagues, ses courants et ses vents. Selon les autorités norvégiennes, près de 33 marins y auraient péri depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Ce tunnel est donc accueilli à bras ouverts, mais avant cela, il va falloir faire exploser la roche. Environ 7,5 millions de tonnes de roches vont ainsi être dynamitées pour permettre le passage des bateaux. C’est un chantier titanesque, onéreux, mais nécessaire et inédit. Le tunnel de Stad sera en effet le premier à pouvoir accueillir des navires d’une jauge brute allant jusqu’à 16 000 tonneaux pour le transport de fret.

Norwegian Coastal Administration

Une fois terminé, le tunnel fera selon les autorités norvégiennes 49 mètres de haut pour 36 mètres de large (pour 1.7 km de long). Le chantier pourrait commencer dès 2019 pour se terminer quatre ans plus tard. L’Administration côtière norvégienne (NCA), l’organisme chargé du projet, estime qu’environ huit millions de tonnes de roches devront être déplacées pour permettre le passage des bateaux. Les grands navires seront prioritaires et chaque bâtiment devra respecter les distances minimales de sécurité pour éviter le risque de collision. Les équipes commenceront le forage des deux côtés de la montagne avant de se rencontrer au milieu, une scène devenue mythique avec la construction du tunnel sous la manche.

Source