in

Non, vous n’avez pas un poil dans la main, vous êtes juste très intelligent !

Crédits : Concord90 / Pixabay

Voici l’excuse ultime pour ne pas être actif ! D’après les résultats d’une étude américaine qu’il faut tout de même relativiser, les personnes qui réfléchissent à des problèmes complexes passeraient plus de temps à ne rien faire.

La fainéantise est-elle réellement un signe d’intelligence ? L’allergie aux salles de sport ferait-elle de vous un penseur ? C’est en tout cas ce qu’explique l’étude des chercheurs de la Florida Gulf Coast University (États-Unis), publiée dans la revue Journal of Health Psychology.

Un test psychologique a été pratiqué sur des étudiants afin de comprendre lesquels éprouvaient un besoin de beaucoup réfléchir et ceux qui préféraient éviter ce genre d’exercice. Les volontaires avaient pour mission de répondre plus ou moins favorablement à des affirmations comme celle qui suit : « J’aime vraiment une tâche qui consiste à apporter de nouvelles solutions. »

Les chercheurs ont ensuite sélectionné une soixantaine de personnes, divisées en deux groupes de 30 « penseurs » et « non-penseurs ». Ensuite, ces derniers ont été équipés d’un appareil capable de suivre leur activité physique pendant une semaine entière. Les résultats affirment que le groupe de « penseurs » était bien moins actif du lundi au vendredi par rapport au second groupe, une différence cependant moins importante pour ce qui est du week-end.

L’idée de l’étude semble intéressante, mais la fiabilité de cette dernière apparait comme étant contestable. En effet, l’échantillon de personnes est semble-t-il trop réduit pour pouvoir constituer une étude satisfaisante, puisque seulement 60 personnes d’âge équivalent en ont fait partie. La durée de l’étude est également très courte, seulement une semaine.

Enfin, les résultats communiqués par les chercheurs s’opposent à d’autres recherches ayant déjà prouvé que l’exercice physique avait un effet bénéfique sur l’activité cérébrale. Il y a par exemple cette étude finlandaise parue l’an dernier, effectuée sur des jumeaux. Cette dernière avait montré que les sportifs ont plus de matière grise que les personnes ayant peu d’activité sportive.

Sources : The IndependantFutura Sciences