in

Non, l’Académie chinoise des sciences ne fabrique pas de machine à voyager dans le temps

Crédits : Pixy

Ces dernières années, la Chine a fait d’énormes progrès technologiques, notamment en ce qui concerne l’Espace. Il est donc assez logique qu’une partie de la population de ce pays soit fan de science-fiction. Dernièrement, une rumeur attribuait même la construction d’une machine à voyager dans le temps à l’Académie chinoise des sciences !

Une folle rumeur

Ce n’est pas un scoop, la Chine rêve de conquête spatiale. Entre l’exploration de la face cachée de la Lune, l’envoi d’une sonde vers Mars ou encore la construction de la première centrale solaire dans l’espace, tout semble possible avec nos amis chinois. Ces multiples progrès alimentent d’ailleurs l’engouement pour la science-fiction au sein d’une partie de la population. En effet, l’industrie cinématographique du pays produit de nombreux films du genre, bien que la propagande du président Xi Jinping doit obligatoirement y figurer en bonne place.

Toutefois, la Chine a forcément des limites et en a dernièrement apporté la preuve. L’Académie des sciences de Pékin a en effet démenti une folle rumeur devenue virale sur le Web. L’académie a indiqué que son Institut de physique des hautes énergies ne s’était aucunement associé à la société Ruitai Technology Development Technology dans le cadre de la construction d’une machine à voyager dans le temps.

DeLorean machine temps retour vers le futur
La célèbre DeLorean de la mythique saga Retour vers le futur, ayant popularisé au cinéma le voyage dans le temps. – Crédits : Oto Godfrey and Justin Morton / Wikipedia

L’académie contrainte de s’exprimer

Tout aurait commencé avec une étonnante présentation PowerPoint. Cette dernière présentait un concept de « Space-time Tunnel Experimental Device », c’est-à-dire un dispositif expérimental de tunnel spatio-temporel. La publication associait le très sérieux institut et la start-up à propos de travaux relatifs à un appareil capable de tordre l’espace et le temps et de contrôler l’écoulement du temps. Le document évoquait des applications des voyages dans le temps et dans l’Espace intersidéral. Rien que ça.

La rumeur a donc semble-t-il conquis de nombreux Chinois. Il faut dire que le document faisait tout ou presque pour se montrer convaincant, en évoquant notamment les prétendues louanges concernant l’invention, de la part du prix Nobel de physique en 2009 Gao Kun et d’autres chercheurs chinois de renom. Toutefois, les personnes croyant à la rumeur auraient tout de même pu rapidement comprendre la supercherie au vu du budget annoncé : 838,2 milliards de dollars.

Face à l’ampleur de l’affaire, l’Académie des sciences de Pékin a donc publié un communiqué officiel pour y mettre fin. Celle-ci a précisé ne pas travailler sur une machine à voyager dans le temps et que les informations de la présentation PowerPoint étaient entièrement fausses. Guo Weiwei, à la tête de Ruitai Technology Development Technology, a également réfuté l’existence d’un tel projet. L’intéressé a tout de même avoué que la présentation en question provenait d’une firme marketing externe ayant créé le document par erreur à des fins de financement. Comprenne qui pourra.