in

Non, le Groenland n’était pas une terre accueillante il y a 1000 ans !

Crédits : Wikimedia Commons

Groenland signifie littéralement « Terre Verte » et pour certains, cette appellation traduirait un climat doux présent dans un espace verdoyant il y a un millénaire. Ce mythe est utilisé par les climato-sceptiques pour tenter d’argumenter contre le réchauffement global. Et pourtant, les Vikings avaient prouvé le contraire !

L’explorateur norvégien Erik le Rouge, banni de sa contrée d’origine, avait profité d’un climat plus clément pour aller établir une colonie sur la côte ouest du Groenland en l’an 986. Cette colonie, dont le nombre a été estimé entre 450 et 5000 individus, ne serait pas restée bien longtemps sur ces terres puisque leur environnement était très hostile.

Oui, le Groenland était composé de forêts, mais c’était il y a très longtemps selon une étude menée lors d’une expédition menée en 2007 par le glaciologue Eske Willerslev. En analysant des spores contenues dans la glace, les scientifiques ont confirmé une totale absence de forêts depuis 450 000 ans. Les résultats avaient été publiés à l’époque dans la revue Science.

Longtemps des écrits tels que les Sagas islandaises ont été pris à la légère, mais depuis la découverte à Terre-Neuve (Canada) des restes du campement de Leif Eiriksson, fils d’Erik le Rouge à qui certains attribuent la réelle découverte du continent américain, ces sagas sont considérées comme des fragments d’histoire. Évidemment, ces dernières sont teintées de mythe, comme lorsque l’on parle de « baies sauvages enivrantes » et les espaces décrits le sont souvent de manière fantasque et idyllique.

La notion d’Optimum climatique médiéval caractérise une période de climat inhabituellement chaud localisée sur les régions de l’Atlantique nord s’étant installée du Xe siècle au XIVe siècle environ. Une étude publiée dans la revue Nature en septembre 2016 indique que les glaciers du nord du Groenland ainsi que les glaces des mers avaient connu une importante avancée qui aurait « vraisemblablement limité l’expansion viking, fondée sur la navigation en drakkar et l’agriculture ». Le mode de vie des Vikings, très différent de celui des actuels Inuits, ne se serait pas inscrit de manière si durable et les derniers Vikings auraient disparu de l’île vers l’an 1400.

D’ailleurs cette théorie avait déjà été confirmée par des chercheurs du laboratoire Chrono-environnement et de l’Institut des sciences de la Terre d’Orléans en début d’année 2015 : « ces pratiques diminuent ensuite progressivement de façon synchrone à l’entrée dans la période froide du Petit Âge Glaciaire, et à l’abandon du Groenland par les Vikings », indiquaient les chercheurs dans un compte-rendu publié sur le site du CNRS.

Sources : Notre PlanèteLe Monde