in

Des niveaux de zinc et de germanium élevés renforcent les preuves d’environnements habitables sur Mars

Crédits : Nasa

Une étude révèle la présence de concentrations de zinc et de germanium dans les roches sédimentaires du cratère Gale sur Mars. Cela suggère un environnement possiblement habitable pour une vie microbienne.

Mars est-elle habitée ou bien l’a-t-elle été un jour ? Le mystère reste entier, mais les recherches continuent. Les nouvelles données recueillies par le rover Curiosity suggèrent une possible activité hydrothermale sous le cratère Gale, un cratère d’impact d’environ 155 km de diamètre reconnaissable à son imposant monticule central, le mont Sharp haut de plus de 5 000 m au-dessus de la plaine du fond du cratère.

En un peu plus de cinq années, le rover Curiosity aura parcouru un peu plus de dix-sept kilomètres à la surface de la planète Mars. Après s’être posé à l’intérieur du cratère Gale, le rover a commencé l’exploration de son environnement et s’est tout particulièrement concentré sur les pentes du mont Sharp. Les données du cratère révèlent notamment une forte concentration de zinc et de germanium, avec des niveaux enregistrés dix à cent fois supérieurs à ceux de la croûte martienne typique.

Jeff Berger, géologue à l’Université de Guelph (Ontario, Canada) et principal auteur de cette nouvelle étude, soutient que des concentrations élevées de zinc et de germanium dans le cratère Gale peuvent éventuellement être expliquées par une activité hydrothermale dans la région. « Il a la chaleur et des produits chimiques. De la nourriture pour la vie ». Ces deux éléments chimiques se retrouvent sur Terre dans des dépôts hydrothermaux contenant du soufre. Ces environnements thermiques sont en effet ici l’habitat d’un large éventail de microbes adaptés à ces conditions extrêmes. En outre, ces organismes peuvent avoir été parmi les premiers à évoluer sur notre planète.

Aujourd’hui les recherches se poursuivent. Peut-être aurons-nous alors un jour les preuves d’une vie microbienne passée ou présente sur Mars.

Source