in

Nissan présente un concept-car autonome relié au cerveau humain !

Crédits : Nissan

Récemment, le constructeur automobile japonais Nissan a dévoilé un concept-car surprenant. Cet exercice avait pour but de communiquer sur une vision particulière de l’automobile des années 2050. La voiture en question est à la fois autonome et connectée au cerveau de son occupant humain.

Un concept où la machine et l’humain ne font qu’un

Ceci n’est pas un scoop : les concept-cars sont toujours une curiosité en termes d’innovations technologiques et de vision des constructeurs. En janvier 2020 par exemple, nous évoquions un étonnant concept-car de Mercedes-Benz inspiré de l’univers du film Avatar (2009). L’objectif ? Franchir un nouveau palier dans les interactions entre l’Homme, la machine et la Nature.

Dans un communiqué publié le 17 décembre 2020, le constructeur nippon Nissan a présenté sa vision de l’automobile de 2050. Celle-ci a été pensée dans le laboratoire Nissan Design America (NDA) situé en Californie (États-Unis). Le postulat de départ concerne un éventuel futur dans lequel l’émotion d’une personne peut faire l’objet d’une intégration dans une machine autonome, et ce au moyen d’une connexion physique.

« Je voulais créer un nouveau concept qui ne soit pas un véhicule à conduire, mais où la machine et l’humain ne font plus qu’un », a expliqué JB Choi, à l’origine du concept.

concept-car Nissan autonome cerveau X
Crédits : Nissan
concept-car Nissan autonome cerveau X 3
Crédits : Nissan

Activer certaines commandes par la pensée

Il s’agit ici d’une voiture autonome baptisée GT-R (X) qui comme son nom l’indique, s’inspire de l’actuel modèle GT-R. Le “X” fait référence à la position que doit adopter non pas le pilote, mais l’occupant de l’automobile. Celui-ci doit s’installer à plat ventre, tête vers l’avant et membres étendu pour former un X. Il faut dire que la GT-R (X) mesure 3 m de long pour 60 cm de hauteur. Celle-ci n’a donc qu’une seule place pour un passager, ce dernier devant porter une combinaison ainsi qu’un casque. Outre la position peu orthodoxe du passager et le caractère autonome du véhicule, une autre caractéristique retient l’attention. Le casque de l’occupant est relié à un système de réalité virtuelle et embarque un capteur. Celui-ci permettrait de connecter le cerveau humain à la machine.

Néanmoins, il ne s’agit pas de permettre au passager de contrôler la GT-R (X) par la pensée, puisqu’il est question d’un véhicule autonome. Néanmoins, ce même passager pourrait activer certaines commandes en lien avec les logiciels de bord. Selon Nissan, ceci devrait contribuer à de meilleures performances. Ce dernier point reste plutôt vague, mais le constructeur n’a pas donné davantage de détails.