in

NIO, le Rival de Tesla, proposera une voiture offrant 1 000 km d’autonomie

Crédits : Nio

Après déjà plusieurs véhicules à son actif, la société NIO investit le segment des berlines électriques de luxe. Avec sa eT7, le rival chinois de Tesla semble vouloir directement concurrencer le célèbre Model S. Ce véhicule est plein de promesses en termes d’autonomie, d’endurance, mais également en ce qui concerne sa puissance et sa conduite autonome.

33 capteurs pour la conduite autonome

Fondée en 2014, la société chinoise NIO est spécialisée dans le développement et la production de véhicules électriques. Depuis sa création, plusieurs véhicules ont fait leur apparition sur le marché, à savoir trois SUV ainsi qu’une supercar (eP9). Comme l’explique L’Automobile Magazine, NIO revient aujourd’hui avec une nouvelle voiture : la eT7. Sur le papier, ce véhicule concurrent de la Tesla Model S semble avoir de sérieux atouts dans sa manche.

Côté design, l’eT7 rappelle sans surprise la Model S, reprenant des courbes assez similaires. Toutefois, son immense toit 100 % vitré joue un rôle de puits de lumière dans l’habitacle. Néanmoins, l’essentiel est ailleurs. En effet, NIO a intégré dans son véhicule pas moins de 33 capteurs pour la conduite autonome. La voiture embarque des caméras, un LIDAR longue portée, des capteurs à ultrasons et des radars à ondes millimétriques.

Nio eT7 voiture autonome
Crédits : NIO

Trois choix d’autonomie

Au niveau de la motorisation, l’eT7 se caractérise par l’utilisation d’une transmission intégrale. Le train avant est alimenté par un moteur de 180 kW et le train arrière par un second de 300 kW. NIO annonce un couple maximal de 850 Nm avec une accélération de 0 à 100 km/h en 3,9 secondes. Lorsque l’eT7 sera lancée, les acquéreurs pourront choisir entre deux packs batterie, à savoir 70 ou 100 kWh. Si le premier offre une autonomie de 500 km, le second va jusqu’à 700 km. NIO a toutefois annoncé que plus tard, un troisième pack batterie de 150 kWh viendra compléter la gamme, permettant une autonomie de 1 000 km. En revanche, il est ici question de cycle NEDC, considéré aujourd’hui comme obsolète (sorti en 1997). Or, le cycle WLTP a désormais le vent en poupe et est plus conforme aux conditions réelles de conduite pour beaucoup.

Par ailleurs, le constructeur chinois a mis au point une station automatisée pour le remplacement des batteries de ses véhicules. Pas moins de 500 de ces stations devraient apparaître en Chine en 2021. Côté tarif, la version 70 kWh sera disponible à 47 900 euros et la version 100 kWh à 64 100 euros. Enfin, la version 150 kWh sera disponible fin 2021, dans un premier temps seulement en Chine et à un prix encore inconnu.