in

New York : un immeuble instaure une entrée pour les riches, une entrée pour les pauvres

Crédits : gerardom / Pixabay

Une entreprise immobilière a obtenu le droit de concevoir des entrées séparées pour les riches et les pauvres dans le cadre d’une copropriété en plein Manhattan. Retour sur cette autorisation controversée.

Le ministère du Logement et du Développement américain ne s’est pas fait des amis sur cette décision. En effet, il a autorisé la société Extell à construire un immeuble de 33 étages, avec piscine et salle de sport dans le complexe. L’immeuble va surtout mélanger des logements pour des personnes aux revenus modestes à des logements pour personnes aux revenus élevés. Vu comme cela, le projet semble beau, mais en creusant un peu, la face cachée est beaucoup moins reluisante.

Une entrée pour chaque catégorie sociale

Les riches et les pauvres auront des entrées différentes, ces derniers atterrissant dans une ruelle cachée, et n’ayant pas accès aux différentes options proposées par le complexe. Ils seront aussi limités aux appartements entre le deuxième et le sixième étage, laissant le reste de l’immeuble aux riches, permettant ainsi de ne pas faire croiser les différentes couches sociales.

Les loyers seront bien sûr à taux préférentiels pour les logements sociaux, entre 845 et 1099 dollars par mois au lieu de 1000 dollars au mètre carré pour les logements des étages supérieurs. 55 appartements sur 219 seront donc disponibles à prix moins élevé.

La « porte des pauvres » choque beaucoup outre-mer. Il fallait cependant s’y attendre : Extell n’a fait que jouer avec la loi stipulant que les promoteurs pouvaient construire de grandes résidences de luxe si et seulement s’ils y prévoient des logements sociaux. Extell a donc trouvé le moyen de ne pas mélanger sa clientèle…

Le président de l’arrondissement de Manhattan a cependant promis de refuser tout autre projet de ce type, jugeant que ceux-ci poussent à la « discrimination entre Américains ». Drôle de façon de mettre en pratique le dicton « on ne mélange pas les torchons et les serviettes » non ?

Sources : Metronews, Le Figaro, Nypost