in ,

Neuro-imagerie : une nouvelle technique permettra bientôt de visualiser la développement cérébral des bébés !

Crédit : iStock

Jusqu’à aujourd’hui, il était très difficile d’observer l’activité cérébrale des nouveau-nés. On savait qu’il existait différentes méthodes pour visualiser et analyser le système cérébral, mais aucune ne conférait une image fonctionnelle de l’organe. Une nouvelle technique vient cependant de voir le jour : basée sur l’utilisation d’ultrasons ultrasensibles, elle permettrait d’étudier avec plus de précision le développement cérébral des bébés et ainsi apporter une aide préventive en cas d’anomalies.

Mesurer l’activité cérébrale est possible grâce à la méthode de l’électroencéphalogramme (EEG). Grâce à des électrodes, les scientifiques obtiennent des signaux électriques caractéristiques de chaque individu qui ne confèrent cependant pas une image cérébrale fonctionnelle. Jusqu’à maintenant, les scientifiques utilisaient l’imagerie à résonance magnétique (IRM) pour arriver à leurs fins. Cette méthode n’était cependant pas faite pour étudier le développement cérébral des nouveau-nés. Une équipe de chercheurs s’est donc intéressée à une toute nouvelle technique de neuro-imagerie où les ultrasons ultrasensibles sont au centre du processus.

Inventée en 2011, mais uniquement testée sur les animaux, cette nouvelle méthode vient tout juste d’être appliquée sur l’Homme, et plus précisément sur les bébés. L’équipe de chercheurs de Mickael Tanter en provenance de l’INSERM, l’ESCPI et le CNRS viennent d’en publier les résultats dans la revue scientifique Science Translationnal Medicine. La technique est semblable à une échographie poussée à l’extrême. Elle permet de visualiser les flux sanguins cérébraux grâce à une acquisition d’images à très haute cadence. Ainsi, la carte créée confère une représentation précise du système cérébral du sujet étudié.

Crédits : Science Translational Médecine/Functional ultrasound imaging of brain activity in human newborns/Charlie Demene

L’étude a été réalisée sur des prématurés et sur des enfants épileptiques. Pour juger de la fiabilité de la technique et corréler les résultats obtenus avec ceux obtenus par EEG, les nouveau-nés prématurés furent observés pendant leur sommeil. L’imagerie cérébrale à ultrasons ultrasensibles fut ensuite appliquée sur des enfants sujets à des crises d’épilepsie. Les chercheurs purent directement identifier les zones du système cérébral impliquées dans les crises.

Cette technique est efficiente chez les nouveau-nés, car leur boîte crânienne n’est pas encore fortifiée. Très fins, les os du crâne se font traverser par les ultrasons ultrasensibles sans grandes difficultés. En revanche, plus le bébé grandira, plus il deviendra difficile de visualiser avec précision les flux sanguins du système cérébral. Chez l’adulte, la méthode propose de passer par les tempes, où les os sont les plus fins pour ainsi obtenir une image représentative de l’activité neuronale du patient.

Source