in

Neuralink : un primate joue à des jeux vidéo par la pensée !

Singe bailler fatigue
Crédits : Wikimedia commons / Daisuke Tashiro

Le projet Neuralink d’Elon Musk continue ses progrès en matière d’interface cerveau-machine à base d’intelligence artificielle. Dernièrement, un implant cérébral a permis à un singe d’utiliser de petits jeux vidéo par la pensée.

Un implant sans fils extérieurs

Invité d’un talk-show sur les réseaux sociaux fin janvier 2021 (voir en fin d’article), Elon Musk a fait une déclaration plutôt surprenante. L’intéressé a indiqué que Neuralink disposait d’un singe à qui l’on a implanté une puce dans le crâne. Or grâce à cet implant, le primate peut jouer à de petits jeux vidéo. Selon Elon Musk, il s’agit maintenant de savoir si plusieurs singes peuvent utiliser ensemble le jeu vidéo Pong par la pensée. Autrement dit, plusieurs singes devraient recevoir leur puce d’ici sous peu. Rappelons au passage que Pong – sorti par Atari en 1972 – est un des premiers jeux vidéo d’arcade. Inspiré du tennis de table (vu de dessus), il s’agit d’un jeu très basique mais demandant tout de même une certaine dexterité.

L’intéressé rappelle qu’il est bien question d’un implant sans fils extérieurs et que lors des tests, le singe n’a pas eu l’air bizarre ou mal à l’aise. Le patron de SpaceX assure également qu’il n’est pas facile de voir par où l’implant a été inséré. Outre l’aspect esthétique et pratique, le caractère sans fil de cet implant permettra également de limiter les infections.

Pong jeu Atari
Le singe ayant reçu l’implant peut jouer à Pong et à d’autres petits jeux vidéo avec la pensée.
Crédits : Bumm13/Wikipedia

Sans cesse en progrès

Fondée en 2016 par le célèbre Elon Musk, la société Neuralink avait refait surface en 2018 après de longs mois de silence. Les objectifs de cette société sont d’augmenter les capacités humaines de plusieurs manières afin de faire face à la montée de l’intelligence artificielle. Il s’agit d’améliorer les performances liées à la mémoire, aux capacités intellectuelles ou encore à la transmission de pensée sans l’utilisation de la parole (télépathie).

À l’origine, l’interface devait prendre la forme de petites électrodes implantées dans le cerveau, reliées à un appareil situé près de l’oreille. Toutefois, Neuralink a mis au point un nouveau prototype plus intrusif. En effet, une puce de la taille d’une petite pièce de monnaie a remplacé les fils des électrodes et le boîtier.

Le primate n’est pas le premier animal concerné par ce fameux implant. En août 2020, Neuralink avait annoncé tester le même genre de puce connectée sur des truies. Il s’agissait d’une expérimentation destinée à trouver une solution permettant de redonner la parole et la mobilité à des personnes paralysées.