in

NEO Surveyor : le nouveau chasseur d’astéroïdes de la NASA

NEO Surveyor
Crédit : NASA/JPL-Caltech/Université de l'Arizona

NEO Surveyor, un nouvel observatoire en construction, sera le premier télescope spatial spécialement conçu pour faire progresser les systèmes de défense planétaire de la NASA en dénichant des objets proches de la Terre potentiellement dangereux. Les premiers instruments sont d’ores et déjà en phase de développement.

Le 26 septembre dernier, le vaisseau DART percutait avec succès un petit astéroïde à plus de 22 500 km/h dans le cadre du premier test de défense planétaire au monde. Toutefois, avant de songer à les dévier, nous devons d’abord les trouver. En 2005, le Congrès américain avait demandé à la NASA de découvrir et de caractériser au moins 90% des objets géocroiseurs de plus de 140 mètres de diamètre évoluant à moins de 48 millions de kilomètres de l’orbite de notre planète. De tels objets pourraient en effet causer de sérieux dommages en cas de rencontre avec notre planète.

Pour les détecter, la NASA dispose de plusieurs télescopes au sol, mais nous avons aussi besoin de sentinelles déployées dans l’espace. Dans cet esprit, l’agence développe le Near-Earth Object Surveyor (ou NEO Surveyor). L’observatoire vient de passer son examen technique et il est maintenant à la phase finale de sa conception. La mission doit être lancée en 2026 et durer au moins cinq ans.

Un spécialiste de l’infrarouge

Géré par le Jet Propulsion Laboratory (JPL), NEO Surveyor se placera au point de Lagrange L1. Il s’agit d’une « place de parking » relativement stable située entre la Terre et le Soleil, à l’opposé du point L2, autour duquel orbite le James Webb Telescope. De là, le télescope observera le système solaire dans les longueurs d’onde infrarouges. Ces dernières, invisibles à l’œil humain, sont principalement bloquées par l’atmosphère terrestre ne peuvent donc pas être perçues par les télescopes au sol.

Les détecteurs de NEO Surveyor seront spécialement conçus pour observer les deux bandes infrarouges les plus sensibles à la chaleur (4-5,2 microns et 6-10 microns). De cette manière, NEO Surveyor pourra déceler les objets les plus difficiles à détecter, tels que les astéroïdes sombres et les comètes qui ne reflètent pas beaucoup la lumière visible.

Par ailleurs, NEO Surveyor sera en mesure de trouver des astéroïdes qui s’approchent de la Terre depuis la direction du Soleil, ainsi que ceux qui suivent l’orbite de notre planète et qui sont généralement obscurcis.

NEO Surveyor
Les points de Lagrange du système Soleil-Terre. Crédits : Debiansid

Plusieurs composants sont d’ores et déjà en développement, note la NASA, comme le système de refroidissement chargé de maintenir les détecteurs infrarouges au frais. Pour opérer, ce système passif sera combiné à un pare-soleil. Des progrès sont également en cours dans le développement des détecteurs infrarouges, des séparateurs de faisceau, des filtres, de l’électronique et du miroir. Ce dernier sera formé d’un bloc d’aluminium solide.

En plus de les repérer, NEO Surveyor aidera également à caractériser la composition, la forme, la rotation et l’orbite de tous ces objets géocroiseurs. Ces analyses pourraient permettre de mieux appréhender les origines et l’évolution des astéroïdes et des comètes qui ont formé les anciens éléments constitutifs de notre système solaire.

Brice Louvet

Rédigé par Brice Louvet

Brice est un journaliste passionné de sciences. Ses domaines favoris : l'espace et la paléontologie. Il collabore avec Sciencepost depuis près d'une décennie, partageant avec vous les nouvelles découvertes et les dossiers les plus intéressants.