in

La Nébuleuse du Crabe sublimée par des astronomes

Crédits : Nasa

Des images récentes combinées par cinq télescopes nous livrent un aperçu nouveau et sublime de la Nébuleuse du Crabe qui illumina le ciel en 1054, 6 500 ans après son explosion dans la Constellation du Taureau. 

Une étoile nouvelle fut observée en 1054 par les astronomes chinois : l’astre resta visible de nuit durant deux années puis s’éclipsa. En 1731, John Bevis, astronome amateur anglais, découvrit une nébuleuse dans la constellation du Taureau. Elle fut baptisée la « Nébuleuse du Crabe » par lord Rosse qui fit le rapprochement entre cette nébuleuse brillante de gaz chaud en expansion et l’étoile nouvelle de 1054 situées dans la même région du ciel. En 1928, Edwin Hubble mesura la vitesse d’expansion de la nébuleuse du Crabe et lui attribua un âge d’environ 900 ans en bon accord avec la « date d’explosion » de 1054. Aujourd’hui, la nébuleuse située à 6 500 années-lumière de la Terre s’étend sur six années-lumière et se dilate à une vitesse d’environ 1 000 km/s. Une étoile de neutrons « superdense » se trouve au centre et tourne une fois toutes les 33 millisecondes.

La Nébuleuse du Crabe fascine toujours autant de nos jours, notamment par son étonnante brillance et son incroyable beauté. Après avoir combiné des images de cinq télescopes différents représentant presque l’intégralité du spectre électromagnétique, des astronomes révèlent aujourd’hui la nébuleuse dans de nouveaux détails étonnants. Les chercheurs ont en effet utilisé les données du Very Large Array Telescope de Hubble ainsi que plusieurs autres télescopes pour fusionner des observations de différentes longueurs d’onde, le but étant d’affiner la compréhension du fonctionnement interne complexe de la nébuleuse. Visuellement, elle est toujours aussi belle :

L’image compile les données du Very Large Array (radio), du Spitzer Space Telescope (infrarouge), de Hubble (visible), du XMM-Newton (ultraviolet) et du Chandra X-Ray Observatory (Rayon X). Ceux-ci composent respectivement le rouge, le Jaune, le vert, le bleu et le violet. Crédits : NASA.

« Comparer ces nouvelles images capturées à différentes longueurs d’onde nous fournit de nouveaux détails sur la nébuleuse de crabe », explique Gloria Dubner qui a participé à l’étude. « Bien que la nébuleuse ait beaucoup été étudiée depuis des années, nous avons encore beaucoup à apprendre à son sujet ».

Sur cette image, composée de 24 clichés pris par Hubble il y a quelques mois superposés à des clichés du Very Large Telescope de l’ESO au Chili, les filaments sont composés principalement d’hydrogène. Les couleurs indiquent les matériaux expulsés par l’explosion de cette supernova : le bleu correspond à l’oxygène neutre (non ionisé), le vert au Soufre ionisé une fois, et le rouge à l’oxygène doublement ionisé.

Source : NASA