in

Neandertal en Allemagne : un pic de population, puis l’extinction soudaine

Crédits : iStock

 Il y a environ 45.000 ans, l’Homme de Neandertal dominait en Europe, notamment en Allemagne. Cependant, son ère prit fin d’un seul coup. Basés sur une analyse des sites archéologiques connus, des chercheurs sont arrivés à la conclusion que les Néandertaliens avaient atteint leur pic de population juste avant de disparaître.

Les néandertaliens vivaient dans le Paléolithique moyen, la période moyenne de l’âge de pierre, entre 200.000 et 40.000 avant notre ère. Dans son article publié dans le Quaternaire International Journal, l’anthropologue Jürgen Richter affirme que plus de 50 pour cent des sites de peuplement de Neandertal connus en Allemagne peuvent être datées du Paléolithique moyen, entre 60.000 et 43.000 ans avant notre époque. Ainsi, l’homme de Neandertal aurait atteint son pic de population durant cette époque.

L’analyse des sites et des objets trouvés dans ces colonies montre que la population de Neandertal en Allemagne était soumise à des fluctuations démographiques extrêmes. Au cours du Paléolithique moyen, il semble y avoir eu plusieurs migrations,une  augmentation de la population puis un fort déclin.

En effet, alors que nous ne comptabilisons que quatre sites de peuplement connus pour la période de temps située entre il y a 110.000 à 70.000 ans, 94 ont été répertoriés dans la période située entre 70.000 à 43.000 ans. Moins de 1000 ans après ce pic démographique, il y eut cependant un déclin rapide et l’homme de Neandertal disparût de la scène. Pourquoi ? La question fait encore débat.

La disparition progressive de Neandertal par endroit, et brutale à d’autres, pourrait s’expliquer par une non-adaptation et par la concurrence directe avec l’Homo sapiens, avec lequel il a co-habité durant près de 10 000 ans. Sur le plan alimentaire, Sapiens a su diversifier ses proies, se délectant de petits mammifères, là où Neandertal se « cantonnait » aux gros herbivores, résultant une chasse plus dangereuse et aussi plus aléatoire. La mortalité aurait également été plus forte chez Neandertal, accentuée par des combats avec Sapiens.

Source