in

Ne prenez pas de décision importante l’estomac vide

Crédits : iStock

De nouvelles recherches confirment aujourd’hui que la sensation de faim affecte notre prise de décision. Les détails de l’étude sont publiés dans la revue Psychonomic Bulletin & Review.

Ne prenez pas de décision importante le ventre vide, selon une étude signée de chercheurs de l’Université de Dundee (Royaume-Uni). Une expérience menée auprès d’une cinquantaine de participants nous révèle en effet que la faim modifie considérablement notre processus décisionnel. L’estomac vide, nous serions en effet plus susceptibles de nous contenter d’une petite récompense à court terme, plutôt qu’une plus grande dont nous pourrions jouir ultérieurement. Et pour le psychologue Benjamin Vincent, principal auteur de l’étude, il est important d’en avoir conscience.

« Les gens savent en général que lorsqu’ils ont faim, ils devraient éviter de faire leurs courses. Car ils sont plus susceptibles de faire des choix malsains. Notre recherche suggère que cela pourrait également avoir une incidence sur d’autres types de décisions. Comme aller parler à un conseiller en régimes de retraite, ou en hypothèques, note le chercheur. Le faire pendant que vous avez faim pourrait vous amener à privilégier une gratification immédiate au détriment d’un avenir potentiellement plus rose. C’est un aspect du comportement humain qui pourrait sans doute être exploité par les spécialistes du marketing, poursuit-il. Les gens doivent donc savoir que leur prise de décision peut changer quand ils ont faim ».

Plus on a faim, moins on est patient

Pour ses travaux, Benjamin Vincent et son équipe ont analysé le processus décisionnel d’une cinquantaine de participants face à trois types de récompenses (argent, nourriture, écouter de la musique). Chaque personne a été testée deux fois. Une première fois en étant rassasiée, une seconde fois le ventre vide (jeûne de 10 h). Il est alors très vite ressorti que lorsque les personnes interrogées avaient faim, celles-ci exprimaient une nette préférence pour des récompenses plus petites, mais disponibles plus rapidement. Une fois rassasiées, ces mêmes personnes privilégiaient une récompense deux fois plus importante, mais disponible plus tard.

Plus précisément, on apprend qu’une personne rassasiée était prête à attendre 35 jours pour avoir une récompense deux fois plus importante, contre seulement trois jours lorsqu’elle avait faim. Pour de l’argent, l’attente respective était de 90 jours en étant rassasiée et de 40 jours lorsqu’elle était affamée. Enfin pour la musique, l’attente acceptée était de 40 jours en ayant le ventre plein, et de seulement 12 jours en ayant le ventre vide.

Ne prenez pas de grandes décisions lorsque vous avez faim, selon une étude. Crédits : Pixabay

« Nous entendons dire que des enfants vont à l’école sans avoir déjeuné. Pas mal de gens suivent un régime restrictif en calories et beaucoup jeûnent pour des raisons religieuses. La faim est si courante qu’il est important de comprendre les manières non évidentes dont nos prises de décisions peuvent en être affectées ».

Autre point sensible, et plus important encore : le chercheur soulève également l’idée que les personnes souffrant de la faim – et elles sont nombreuses dans le monde – seraient également plus sujettes à prendre de mauvaises décisions. Du moins, pas celles qui leur seraient bénéfiques à plus long terme.

Source

Articles liés :

Combien de personnes souffrent encore de la faim dans le monde ?

Pourquoi la faim rend-elle certaines personnes irritables ?

Désormais, on préconise de garder la ligne en « écoutant sa faim »