in

Ce ne sont pas que des grognements, les cochons ont vraiment quelque chose à dire

Crédits : Kdsphotos / Pixabay

Selon une nouvelle étude, les grognements émis par les porcs varient en fonction de leur personnalité et peuvent transmettre des informations importantes sur le bien-être de cette espèce très sociale.

Le bien-être animal fait de plus en plus couler d’encre. En témoignent les (encore) récentes vidéos publiées par l’organisation L214 mettant en lumière les conditions de détention déplorables et autres mises à mort insoutenables dont les animaux d’élevage sont victimes. Récemment, des scientifiques spécialisés dans le comportement et le bien – être des animaux ont mis au point une expérience pour étudier la relation entre la personnalité et le grognement chez les porcs . Ils ont également examiné l’effet des conditions de vie sur ces vocalisations.

L’étude, menée par des chercheurs de l’Université de Lincoln, en Angleterre, et de la Queens University, à Belfast, portait sur 72 porcs juvéniles mâles et femelles. La moitié était logée dans des enclos spacieux « enrichis » avec de la litière de paille, tandis que l’autre moitié était parquée dans des enclos compacts, «stériles», avec des planchers de caillebotis en béton, comme il est de règle au Royaume-Uni.

Pour obtenir une mesure de la personnalité des porcs, les chercheurs ont mené deux tests : un test d’isolement social et un test de reconnaissance d’objets. Chaque porc a passé trois minutes en isolement social, et cinq minutes dans un enclos avec un grand seau blanc ou un cône de signalisation, qu’ils n’avaient jamais rencontré auparavant [voir détails complets dans l’étude]. Leur comportement, y compris les vocalisations, a ensuite été observé. Ces tests ont été répétés deux semaines plus tard, permettant aux chercheurs de déterminer si le comportement des porcs était reproductible. Ils ont également enregistré la fréquence des grognements par minute, et ont étudié l’effet des deux environnements sur les sons émis.

Les données recueillies ont révélé que les porcs avec des types de personnalité plus dynamiques avaient produit des grognements à un taux plus élevé que les animaux les plus réactifs. L’étude a également constaté que les porcs mâles (mais pas les femelles) parqués dans des conditions de qualité inférieure émettaient moins de grognements par rapport à ceux logés dans des environnements enrichis, suggérant ainsi une plus grande sensibilité chez les porcs mâles à des facteurs environnementaux.

Selon les chercheurs, ces résultats ajoutent à la preuve que les signaux acoustiques sont une mesure de l’état de bien-être des animaux. Le Dr Lisa Collins, spécialiste de la santé animale  à l’École des sciences de la vie à l’Université de Lincoln, a notamment déclaré que le porc domestique “est une espèce très sociale qui utilise des signaux acoustiques de manière très variée, notamment pour maintenir le contact avec les autres membres du groupe, pour la recherche de nourriture. Ils sont également essentiels dans la communication parent-progéniture, ou pour signaler les états de détresse.”

Ainsi, les sons émis par les porcs transportent un large éventail d’informations, telles que l’état émotionnel, de motivation et physiologique de l’animal. Par exemple, les cris sont produits lorsque les porcs ressentent la peur, et peuvent être émis soit pour alerter les autres, soit, au contraire, pour les rassurer.

Mary Friel, auteur principal de l’étude et étudiante à l’Université Queen de Belfast, a ajouté: “Le but de cette recherche était d’étudier les facteurs qui affectent les vocalisations chez les porcs afin que nous puissions mieux comprendre l’information qu’ils véhiculent. Comprendre comment les vocalisations de porcs se rapportent à leur personnalité aidera également les comportementalistes animaliers et experts du bien-être à avoir une image plus claire de l’impact de ces personnalités sur la communication, et donc son rôle dans l’évolution du comportement social et la dynamique de groupe dans ces espèces sociales “.

Source