in

Ne devenez pas accro au spray nasal !

Crédits : ThorstenF / Pixabay

Des chercheurs allemands mettent en garde concernant l’utilisation du spray nasal. Si ce genre de produit se révèle souvent efficace, il incombe de ne pas trop l’utiliser. Selon les chercheurs, il existerait des risques de voir apparaître des effets secondaires.

Un risque d’accoutumance

Lorsque notre nez est congestionné, l’utilisation d’un spray nasal est souvent synonyme de soulagement. Au-delà de son efficacité, il faudrait éviter de l’utiliser trop souvent. Une étude de la German Society of Oto-Rhino-Laryngology (Allemagne) publiée le 2 novembre 2020 a rappelé les effets positifs du spray nasal, mais a également formulé une mise en garde. Les chercheurs rappellent que le spray nasal agit sur les vaisseaux sanguins du cornet nasal. Il permet de resserrer les vaisseaux, ayant pour effet de diminuer le gonflement du cornet nasal. En effet, de l’espace se libère afin de permettre la circulation de l’air dans le nez.

«Les sprays nasaux ont un effet plaisant et libèrent notre esprit, ce à quoi nous pouvons nous habituer», explique Heino Stöver, principal auteur de l’étude.

Dans la mesure où le spray procure une agréable sensation de libération, les muqueuses pourraient s’habituer à recevoir leur dose quotidienne. Ainsi, un cercle vicieux peut s’installer. Plus les personnes ont recours au spray nasal, plus son effet diminue rapidement et plus le nez semble réclamer sa dose. Au bout d’un certain temps, le spray nasal n’aide plus et peut laisser place à un problème chronique de congestion nasale, synonyme de difficultés à humidifier les muqueuses.

spray nasal 2
Crédits : Pixy

Des effets secondaires potentiellement dangereux

Il s’avère que Heino Stöver sait de quoi il parle, dans la mesure où ce dernier a déjà utilisé les sprays nasaux de manière excessive durant sa jeunesse. Durant deux années, l’intéressé utilisait ces sprays plusieurs fois par jour. À l’époque, les dangers potentiels relatifs à une utilisation abusive de ces sprays étaient mal connus. Néanmoins, il est désormais conseillé de ne pas y avoir recours plus de deux semaines consécutives. Ce genre de médicament n’a pas d’effets psychoactifs comme c’est le cas de l’alcool, du cannabis ou encore de la cocaïne. Il ne crée donc aucune addiction. Néanmoins, il fait savoir qu’au contraire, ces sprays finissent par perdre leur effet. Les personnes peuvent alors se diriger vers une utilisation quotidienne massive, entre 3 et 8 fois par jour.

Asséchées en raison de la disparition des effets du spray nasal, les muqueuses n’endossent plus leur rôle protecteur. Effectivement, les muqueuses nasales doivent être régulièrement hydratées pour protéger l’organisme des germes. Le cas échéant, il est possible que des croûtes se forment et conduisent à une infection. Dans certains cas, il est question d’une rhinite atrophique à l’origine d’une mauvaise odeur en provenance du nez.

Les meneurs de l’étude préconisent une diminution progressive de la consommation de spray nasal. Tenir une sorte de journal des prises quotidiennes apparaît également judicieux. D’autres alternatives existent, comme les sprays contenant du sel de mer. Pour tout problème en lien avec une perte d’effet des sprays et un handicap au niveau des muqueuses, il incombe de consulter un médecin.